Logo image
François Maréchal et Jonas Schnidrig

Photo: Fred Merz/Lundi13/EPFL

Climat et énergie

Une Suisse autonome et neutre en CO₂ serait possible en 2050

Des scientifiques de l'EPFL et de la HES-SO Valais ont modélisé le système énergétique Suisse sous les contraintes hypothétiques de la neutralité carbone et de l'indépendance énergétique à l'horizon 2050. Les résultats montrent que ces deux contraintes peuvent être respectées tout en réduisant les coûts du système énergétique d'environ 30% par rapport à 2020.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Une Suisse autonome et neutre en CO₂ serait possible en 2050

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

3 Min.  •   • 

Un système énergétique suisse neutre en carbone et indépendant en 2050 est théoriquement réalisable en utilisant les ressources locales d'énergie renouvelable actuellement inexploitées. Ce système serait même moins coûteux que le système énergétique du pays en 2020 modélisé avec les mêmes hypothèses, avec des réductions de coûts allant jusqu'à 30-32 %. Telles sont les conclusions d'une étude approfondie) menée par l'EPFL et la HES-SO Valais, qui pourrait ouvrir la voie à un plan renforcé visant à accroître les investissements nationaux dans les énergies propres.

Bien que théoriquement possible, l'indépendance totale du système énergétique suisse n'est pas un objectif en soi. La contrainte de neutralité carbone d'ici 2050 est toutefois alignée sur le texte de la loi fédérale sur les objectifs de protection du climat (soumise à la votation suisse en juin 2023).

Les scientifiques ont néanmoins décidé d'utiliser leur modèle, le cadre de modélisation multi-énergie et multi-secteur EnergyScope, pour pousser la Suisse vers un état d'indépendance énergétique totale afin de garantir théoriquement la sécurité de l'approvisionnement et de calculer ultérieurement les impacts des importations et des exportations. Le modèle a généré des options d'investissement optimales en termes de coûts qui satisfont les demandes de la société suisse définie comme les ménages, le transport et l'industrie et se concentre sur le rôle de l'infrastructure existante ou renforcée.

Les chercheuses et chercheurs du groupe Industrial Process and Energy Systems Engineering (IPESE) de la Faculté des Sciences et Techniques de l'Ingénieur de l'EPFL, dirigé par François Maréchal, ont constaté que pour atteindre les objectifs susmentionnés, la Suisse devrait augmenter la production d'électricité photovoltaïque (PV) et éolienne et qu'un optimum économique pourrait être atteint en couvrant 60% de la surface des toits de la Suisse avec des systèmes photovoltaïques.

«La Suisse dispose encore d'un potentiel solaire photovoltaïque largement inexploité dans les zones déjà construites. L'optimum économique pourrait être atteint si moins de deux toits sur trois sont couverts. La prochaine étape consiste à déterminer quels sont les toits les plus appropriés», explique Jonas Schnidrig, doctorant à l'EPFL et à la HES-SO Valais, premier auteur de la récente étude publiée dans Frontiers in energy research.

Étant donné que le soleil brille plus intensément en été, mais que le vent souffle plus intensément en hiver, il est nécessaire de trouver le bon équilibre entre la production d'électricité et le stockage saisonnier pour répondre à la demande d'énergie suisse à tout moment, en particulier pendant la saison hivernale. L'étude suggère que la production solaire dominant en été pourrait être équilibrée de manière optimale par un déploiement de la capacité éolienne, produisant principalement en hiver avec l'hydroélectricité et la biomasse. Elle montre également qu'il existe de nombreuses solutions équivalentes et évalue leur sensibilité aux incertitudes liées aux coûts. Les modèles révèlent l'interdépendance des options et l'impact des choix technologiques sur les autres investissements et sur l'infrastructure.

Les scientfiques concluent que «la principale différence réside dans la nature des coûts : le système énergétique suisse actuel repose principalement sur des importations (bon marché) plutôt que sur des investissements. Le consommateur paie donc et dépend de l'utilisation de ressources et de technologies qui sont effectivement investies et exploitées en dehors de la Suisse», explique François Maréchal. «En revanche, le futur système que nous avons modélisé est basé sur l'investissement local, l'utilisation de nos propres ressources, et semble être le choix le plus économique et le plus résilient à long terme.»

Cet article traite des SDG suivants

Les Objectifs de développement durable (ODD) sont 17 objectifs mondiaux de développement durable convenus par les États membres de l'ONU dans l'Agenda 2030. Ils couvrent des thèmes tels que la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire, la santé, l'éducation, l'égalité des sexes, l'eau propre, les énergies renouvelables, la croissance économique durable, les infrastructures, la protection du climat et la protection des océans et de la biodiversité.

13 - Lutte contre le changement climatique

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Image: ABB
Énergie

Une réalisation innovante dans les Alpes valaisannes

La surcapacité dans des industries telles que l’éolien, mais aussi le solaire ou les batteries explique partiellement les yoyos boursiers des entreprises actives dans la transition énergétique. Photo: Philipp Katzenberger / Unsplash
Énergie

Les hauts et les bas de la transition énergétique

EPFL
Gouvernance

L'ETH Zurich et l'EPFL lancent une coalition énergétique verte

Articles similaires

Installations photovoltaïques
Énergie

S’envoler depuis Belp vers des destinations lointaines grâce à l’énergie solaire

Le vent a-t-il tourné dans l’approvisionnement électrique?
Énergie

Le vent a-t-il tourné dans l’approvisionnement électrique?

La transition énergétique a-t-elle la priorité sur la protection de la nature ?
Énergie

La transition énergétique a-t-elle la priorité sur la protection de la nature ?