Logo image
EPFL

Photo: Baptiste Gousset

Climat et énergie

L'ETH Zurich et l'EPFL lancent une coalition énergétique verte

Aux côtés de partenaires issus de la scène politique, scientifique et industrielle, l’ETH Zurich et l’EPFL veulent promouvoir des solutions pour le stockage et le transport de sources d’énergie renouvelables. L’objectif: créer un système énergétique flexible et neutre en carbone pour la Suisse. Une vingtaine de partenaires et d’entreprises industrielles ont déjà manifesté leur intérêt pour une collaboration.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

L'ETH Zurich et l'EPFL lancent une coalition énergétique verte

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

4 Min.  •   • 

La Suisse se voit confrontée à une double crise, énergétique et climatique. Pour atteindre l’objectif «zéro émission nette» fixé d’ici 2050 tout en évitant un déficit énergétique, le pays a besoin de sources d’énergie renouvelables, d’options de stockage saisonnières et d’une connexion efficace au marché européen de l’électricité. Outre les centrales de pompage-turbinage, les batteries ou les accumulateurs de chaleur, les carburants synthétiques ou les gaz tels que l’hydrogène constituent des manières prometteuses de stocker pour l’hiver, transporter et vendre du courant à bas prix depuis les installations photovoltaïques. De nombreuses technologies à haut potentiel sont en cours de développement, mais ne sont pas encore tout à fait opérationnelles. C’est la raison d’être de la «Coalition for Green Energy and Storage», présentée au public le 8 juin à l’occasion du Swiss Economic Forum (SEF) d’Interlaken.

«Avec cette coalition, nous voulons rendre rapidement commercialisables les technologies actuelles de captage du CO₂ et de production et de stockage de gaz et carburants neutres en carbone, et les amener à un niveau industriel», déclare Joël Mesot, président de l’ETH Zurich, à propos de ce projet. L’objectif est de permettre la création en temps utile d’un système énergétique évolutif, neutre en carbone et flexible.

A la recherche de partenaires de la scène politique, industrielle et scientifique

Pour atteindre cet objectif, la science, la politique et l’économie doivent travailler ensemble. «À elles seules, les deux Écoles polytechniques fédérales comptent plus de 150 groupes de recherche dans le domaine de l’énergie, quelque 460 chercheuses et chercheurs et quatre spin-offs actives dans le domaine du captage du CO₂ et du stockage de l’énergie. En ajoutant les groupes de recherche du PSI et de l’Empa, le domaine des EPF possède tant le savoir-faire que la taille nécessaires pour faire face aux défis actuels aux côtés des entreprises», déclare Martin Vetterli, président de l’EPFL. Les deux hautes écoles recherchent désormais des partenaires technologiques et de mise en œuvre, ainsi que des investisseurs et des soutiens sur la scène politique et dans la société.

Une vingtaine d’entreprises et organisations ont déjà manifesté leur intérêt pour une coopération: Alpiq, AMAG BKW Energie, CFF/SBB, Carvolution AG, Cemsuisse, Emil Frey Gruppe, Edelweiss, FIR Group AG ou Fischer Reinach, Gaznat, Genève aéroport, GE Vernova, Gruyère Hydrogen Power SA, Implenia, MAN Energy Systems, Migros Industry, Romande Energie, Rolex, Swissmem, SWISS, VBSA, Viteos SA, Verband der Schweizerischen Gasindustrie/Association Suisse de l’Industrie Gazière.

Avec la compagnie aérienne Swiss International Air Lines (Swiss) et le fournisseur d’énergie Alpiq (présents aux côtés des deux présidents au SEF), ce sont deux poids lourds de l’économie suisse qui sont impliqués dès le début. «Nous sommes fiers de faire partie de cette coalition énergétique. Ensemble, nous faisons avancer la production de carburants synthétiques, qui sont à nos yeux l’un des principaux leviers pour assurer toujours plus de durabilité dans les vols à l’avenir. Nous créons en même temps de nouvelles formes de stockage de l’énergie, ce qui augmente la sécurité d’approvisionnement de la Suisse et sert à toute la société», souligne Dieter Vranckx, CEO de Swiss. La compagnie aérienne a rapidement besoin de solutions rentables pour atteindre ses propres objectifs climatiques. Les carburants synthétiques jouent ici un rôle important. Alpiq dispose quant à elle d’un vaste portefeuille de centrales hydrauliques et à accumulation en Suisse, et fait partie des pionniers de la production d’hydrogène vert en Suisse avec son site de Gösgen. Alpiq peut apporter une contribution de taille avec ses nombreux projets pour le développement et l’extension des énergies renouvelables et de diverses technologies de stockage, en Suisse et dans les pays proches: «Avec une vaste coalition entre l’économie, la science et la société, nous pourrons atteindre ensemble l’objectif de «zéro émission nette» que nous nous sommes fixé, tout en garantissant un approvisionnement énergétique durable. Nous serons ainsi en mesure de renforcer le centre économique et scientifique qu’est la Suisse», argumente Antje Kanngiesser, CEO d’Alpiq, pour justifier l’engagement clair de son entreprise. Le célèbre philanthrope Hansjörg Wyss a lui aussi d’ores et déjà assuré son soutien à la coalition.

Des plateformes de recherche de l’ordre du mégawatt prévues

Avec de nouvelles solutions techniques, la coalition souhaite créer des manières supplémentaires d’exploiter les différences saisonnières dans la production d’électricité par le stockage d’énergie en Suisse et en Europe. La Suisse améliorera ainsi sa sécurité d’approvisionnement et le commerce énergétique avec les partenaires européens et internationaux se diversifiera, ce qui fera naître de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles opportunités pour les start-up technologiques et l’industrie suisse. Les options techniques doivent être systématiquement analysées afin de trouver et d’implémenter les meilleures solutions possibles en termes de sécurité d’approvisionnement et de coûts.

La coalition sera fondée officiellement d’ici fin 2023 et pourra débuter ses premiers projets début 2024. Sur la base des technologies existantes, des prototypes de l’ordre du mégawatt seront construits et devraient être productifs à compter de 2028, pour servir de plateformes de recherche. Dans un premier temps, un budget d’environ 100 millions de francs sera nécessaire pour ce projet.

Cet article traite des SDG suivants

Les Objectifs de développement durable (ODD) sont 17 objectifs mondiaux de développement durable convenus par les États membres de l'ONU dans l'Agenda 2030. Ils couvrent des thèmes tels que la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire, la santé, l'éducation, l'égalité des sexes, l'eau propre, les énergies renouvelables, la croissance économique durable, les infrastructures, la protection du climat et la protection des océans et de la biodiversité.

13 - Lutte contre le changement climatique

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Image: ABB
Énergie

Une réalisation innovante dans les Alpes valaisannes

SSF BMW
Énergie

Stocker efficacement les énergies renouvelables

Image: BMW

L’immense potentiel de l’hydrogène

Articles similaires

Installations photovoltaïques
Énergie

S’envoler depuis Belp vers des destinations lointaines grâce à l’énergie solaire

François Maréchal et Jonas Schnidrig
Construction et logement

Une Suisse autonome et neutre en CO₂ serait possible en 2050

Photo: Ed White/ Pixabay
Changement climatique

Voici à quoi devrait ressembler une Suisse décarbonée en 2050