Logo image
Foto: UBS

Photo: UBS

Économie Climat et énergie Contenu du partenaire: UBS

Placements et transparence climatique: l’approche suisse

La place financière suisse est considérée comme pionnière du développement durable. Lancés il y a un an, les Swiss Climate Scores permettent aux investisseurs de mieux évaluer leurs placements.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Placements et transparence climatique: l’approche suisse

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

5 Min.  •   • 

En l’espace de quelques années, le développement durable s’est imposé comme un critère dominant dans les choix de placements. Selon la dernière étude du forum Swiss Sustainable Finance, notre pays a vu investir 1’610 milliards de francs dans des placements basés sur des critères éthiques et écologiques – plus du double du produit intérieur brut suisse. Rien que depuis 2015, les placements durables ont été multipliés par dix. À la même époque, l’ONU élaborait l’Agenda 2030, composé de 17 objectifs de développement durable, et l’accord de Paris sur le climat visait pour la première fois le secteur financier.

Les investisseurs et les investisseuses ont conscience de l’impact potentiel de leurs placements sur l’économie réelle. En fonction de la destination des fonds, ils peuvent contribuer à la réduction des émissions de CO₂ dans l’atmosphère et aider à atteindre les objectifs climatiques. Cette tendance à effectuer des investissements axés sur l’écologie entraîne à son tour la question suivante: comment reconnaître les placements durables?

Les critères utilisés dans les processus de placement varient d’un prestataire à l’autre. Les investisseurs et les investisseuses ont donc beaucoup de mal à s’y retrouver. Le Conseil fédéral a opté pour une stratégie alternative, de manière à ce que la place financière suisse puisse poursuivre la consolidation de sa position de «leader mondial de la finance durable». Conjointement avec des prestataires de services financiers comme UBS, des organisations environnementales et des scientifiques, les autorités ont élaboré des indicateurs relatifs à l’impact climatique des placements financiers qui sont pertinents et comparables.

«Il y a plus de 25 ans déjà, UBS créait le premier fonds axé sur la durabilité.»

Simplifier les placements

Les indicateurs des Swiss Climate Scores créent de la transparence et indiquent quels investissements remplissent les critères de l’accord de Paris, sur la base des dernières données internationales. Ils servent d’instrument aux investisseurs et aux investisseuses pour simplifier leurs décisions de placement. Des pionniers comme UBS ont déjà lancé leurs premiers fonds basés sur les Swiss Climate Scores Reports, et ce n’est pas un hasard: il y a plus de 25 ans, UBS créait déjà le premier fonds axé sur le développement durable.

Le Climate Scores Report est formulé de manière claire et comporte six scores basés sur plusieurs indicateurs: premièrement, l’empreinte des gaz à effet de serre des entreprises du portefeuille; deuxièmement, les entreprises du portefeuille qui mènent des activités liées aux combustibles fossiles; troisièmement, celles qui ont pris des engagements vérifiés en faveur de l’objectif zéro émission nette d’ici 2050; quatrièmement, les entreprises du portefeuille qui disposent d’une stratégie claire pour atteindre cet objectif; cinquièmement, celles qui ont l’intention de mener un dialogue crédible sur le climat. Le sixième indicateur, facultatif, détermine quel serait le réchauffement climatique si toute l’économie mondiale agissait comme les entreprises du portefeuille.

Le rapport recommande d’utiliser des indicateurs pertinents et prospectifs pour tous les placements financiers et les portefeuilles de la clientèle. Dans ce contexte, les Swiss Climate Scores doivent être utilisés à la discrétion des investisseurs et des investisseuses. Mais pourquoi la Suisse lance-t-elle son propre ensemble de critères alors que d’autres systèmes existent?

Un regard vers l’avenir

L’Union européenne, par exemple, se concentre sur l’instantané. Elle fonde ses critères sur les activités économiques à un moment donné. La solution suisse reflète l’état actuel des entreprises du portefeuille, certes, mais elle intègre également les projections d’avenir. Les deux premiers scores décrivent l’état actuel, tandis que les quatre autres se focalisent sur la transition vers le net zéro. Cette approche permet notamment d’éviter la dichotomie irréductible entre «durable» et «non durable». Les acteurs du marché financier peuvent indiquer à leur clientèle les produits qui ne respectent pas le climat, ainsi que les alternatives potentielles. Enfin, cette méthode permet de mesurer le niveau d’implication des entreprises dans la poursuite des objectifs de la neutralité climatique.

En outre, les Swiss Climate Scores ont été élaborés en étroite collaboration avec des spécialistes sur le terrain. Ses indicateurs prennent en compte les conclusions d’études internationales, notamment celles de la Glasgow Financial Alliance for Net Zero (GFANZ) et de la Task Force on Climate related Financial Disclosures (TCFD).

Des vérifications régulières

Les Swiss Climate Scores ne sont toutefois pas un remède miracle. Il faut les revoir régulièrement et les adapter aux données les plus récentes. Selon le Département fédéral des finances, la Confédération souhaite examiner «comment les scores ont été appliqués, dans quelle mesure les applications sont comparables et quel est leur effet incitatif sur le climat. Sur cette base, les scores seront développés si nécessaire.»

La Suisse a déjà connu de nombreuses innovations financières durables. C’est ainsi qu’un entrepreneur suisse a fondé le principe d’écoefficacité et a organisé le premier sommet de l’environnement à Rio, en 1992. L’indice de durabilité Dow Jones Sustainability est également «made in Switzerland ». Même l’abréviation ESG (Environnement, Social et Gouvernance) a été lancée par un spécialiste suisse de la finance. D’un point de vue historique, les Swiss Climate Scores ont donc d’excellentes chances de s’imposer sur le marché. À l’avenir, il est tout à fait probable que les investisseurs et les investisseuses ne se contenteront plus d’analyser les rendements et les risques de leurs placements. Ils exigeront également de connaître les Swiss Climate Scores de leurs produits de placement.

Photo: UBS

Association suisse des banquier

Swiss Climate Scores

Les Swiss Climate Scores apportent des informations pertinentes et comparables sur l'impact climatique des placements financiers. Les six scores sont calculés avec des indicateurs basés sur des critères et des méthodes établis et éprouvés au niveau international.

Swiss Climate Scores

Les Swiss Climate Scores ont été lancés en juin 2022 par le Conseil fédéral, plus précisément par le Département fédéral des finances, en collaboration avec l’Association suisse des banquiers et des experts et des expertes du secteur financier et d’organisations non gouvernementales. Ils fournissent des informations pertinentes et comparables sur la compatibilité climatique des installations. En même temps, ils traduisent un engagement clair de la Suisse et de la place financière suisse à réduire les émissions de gaz à effet de serre à zéro émission nette d’ici 2050. Ils contribuent ainsi à la réalisation des objectifs de l’accord de Paris sur le climat.

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire UBS.

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Transparence, coopération et fin de la pensée cloisonnée: la banque durable, une opportunité de croissance stratégique qui inspire l’innovation
Gouvernance

La transformation exige une gouvernance forte et une collaboration efficace

Les assureurs s'engagent pour la durabilité
Gouvernance

Les assureurs s'engagent pour la durabilité

Photo: UBS

Investir dans la transition vers plus de durabilité – tout ce qui importe

Articles similaires

Foto: UBS
Construction et logement

Comment les institutions financières contribuent à un immobilier respectueux de l'environnement

Seule la coopération permet d’at
Changement climatique

Seule la coopération permet d’at

Des objectifs clairs et un dialogue serré pour avancer
Changement climatique

Des objectifs clairs et un dialogue serré pour avancer