Logo image
Reinigung

Tous les produits de nettoyage courants ne sont pas à la fois efficaces et inoffensifs pour la santé. Photo: Unsplash

Production et consommation

Les nettoyants ménagers libèrent eux aussi des gaz nocifs ; les produits écologiques en émettent nettement moins que les produits courants

Un groupe environnemental américain a fait analyser 30 produits courants vendus en supermarché. Les résultats montrent en outre pourquoi il est judicieux d’éviter les flacons vaporisateurs.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Les nettoyants ménagers libèrent eux aussi des gaz nocifs ; les produits écologiques en émettent nettement moins que les produits courants

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

5 Min.  •   • 

Les toilettes doivent être vraiment propres, le robinet du lavabo doit briller et l'évier de la cuisine aussi, bien entendu. Et tout doit sentir bon, de préférence. Pour parvenir à cet objectif, il existe une multitude de produits de nettoyage spéciaux que presque tous les ménages vaporisent et frottent avec beaucoup de bonne volonté. Soyons honnêtes: combien de produits de nettoyage ménagers différents avez-vous dans votre placard à produits de nettoyage?

Mais l’action de ces produits ne se limite pas à ce qui est mis en avant, à savoir éliminer les taches et les bactéries. Ils peuvent également être nocifs, tant pour l'utilisateur que pour l'environnement.

Plus de 500 substances trouvées

En effet, ces produits libèrent une multitude de substances gazeuses, appelées composés organiques volatils, en abrégé VOC (de l'expression anglaise « volatile organic compounds »), lorsqu'ils sont pulvérisés ou frottés. Cela inclut notamment des hydrocarbures, des gaz chlorés, des alcools ainsi que des parfums. Une nouvelle étude de l'organisation environnementale américaine Environmental Working Group a récemment testé la présence de VOC dans 30 produits d'entretien courants disponibles dans les supermarchés américains ordinaires.

Les produits examinés étaient des nettoyants pour vitres, pour toilettes, pour sols, pour tapis et universels. 14 d'entre eux étaient des produits dits conventionnels, tandis que les autres étaient déclarés écologiques ou «verts». Des produits comparables contenant les mêmes ingrédients sont également disponibles chez nous.

L’objectif était d’étudier de manière ciblée si les produits « verts » étaient effectivement moins nocifs, ont affirmé les chercheurs de l'organisation environnementale. Le nombre de pulvérisations ou la quantité de gel recommandés par les instructions a été appliqué dans une chambre d'un laboratoire d'essai spécial dans le cadre des essais. Les gaz produits ont été immédiatement aspirés et analysés. La performance de nettoyage des produits n'a pas été étudiée.

Les vainqueurs sont les produits d'entretien écologiques sans parfum

Au total, ces produits libèrent 530 VOC différents. Comme promis, les détergents «verts» ont émis moins de substances par application que les détergents conventionnels (à peu près deux fois moins). Le spray d'ambiance bio analysé a fait figure de mauvais élève. Celui-ci produisait globalement beaucoup de VOC et n'était en outre pas meilleur que le produit conventionnel de référence. Les nettoyants écologiques sans parfum étaient les moins polluants. Ils produisaient huit fois moins de VOC que les produits conventionnels.

Bien sûr, tous les VOC ne sont pas dangereux. Pourtant, 193 des substances détectées dans les produits de nettoyage sont classées comme nocives pour l'homme et/ou l'environnement selon les listes de toxicité établies par les autorités aux États-Unis comme en Europe. Des substances susceptibles d'affecter les voies respiratoires, le foie ou le cerveau et de provoquer des cancers ont notamment été détectées.

Cependant, de nombreux VOC libérés par les produits de nettoyage l'ont été en quantité si faible qu'ils n'étaient pas dangereux de les inhaler. Il y avait cependant des exceptions : ainsi, deux agents de blanchiment conventionnels, utilisés par exemple pour nettoyer les toilettes, libèrent du chlore gazeux et du formaldéhyde. Même dans de faibles concentrations, ces substances peuvent brûler les voies respiratoires ou provoquer des allergies, voire un cancer après un contact fréquent.

Certaines substances odorantes libérées, comme le pinène ou le limonène, présent entre autres dans les citrons, ne sont pas non plus inoffensives, parfois même en petites quantités. Elles irritent les voies respiratoires, provoquent des allergies et sont nocives pour les animaux aquatiques. Une fois de plus, les produits conventionnels ont affiché un plus mauvais résultat.

Il est vrai que d'autres sources de VOC, comme le trafic routier, les combustions ou les processus industriels, libèrent globalement nettement plus de VOC nocifs que les produits de nettoyage. Toutefois, nous sommes généralement exposés directement et régulièrement à ces derniers. Des études antérieures ont montré que les produits de nettoyage et les gaz qu’ils dégagent peuvent donc être nocifs pour la santé à long terme.

Ainsi, les personnes qui nettoient souvent, voire presque tous les jours, au travail ou à la maison, souffrent plus souvent d'allergies, de maladies respiratoires ou de troubles de la fonction pulmonaire. Une étude internationale a effectué plusieurs fois des tests de la fonction pulmonaire chez plus de 6000 sujets. Les femmes qui avaient régulièrement manipulé des produits de nettoyage pendant 20 ans présentaient des capacités pulmonaires aussi mauvaises que celles des personnes qui avaient fumé 20 cigarettes par jour pendant un an.

Les chercheurs de l'Environmental Working Group soulignent que les nouveaux résultats et les études antérieures permettent de formuler quelques recommandations d'action. Ainsi, les nettoyants déclarés écologiques seraient vraiment meilleurs, tant pour les utilisateurs que pour l'environnement. Le plus important est de choisir des produits sans parfum. En outre, il faudrait si possible utiliser des gels ou des liquides plutôt que des sprays, car ces derniers font pénétrer davantage de gaz et de particules dans nos voies respiratoires. Enfin, et ce n'est pas le moins important, il faut éviter d'utiliser des désodorisants en spray. Au lieu de cela, il serait préférable d'éliminer les sources d'odeurs gênantes et d'aérer suffisamment.

Stephanie Lahrtz, «Neue Zürcher Zeitung» (15.09.2023)

Sustainable Switzerland traduit et publie ici des contenus exclusifs et compilés issus des médias de la NZZ. Découvrir les abonnements à la NZZ.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

La vie sans plastique: utopie ou nécessité?

La vie sans plastique?

Grâce à cette innovation suisse, notre eau redevient propre
Eau

Grâce à cette innovation suisse, notre eau redevient propre

Smog
Changement climatique

Les particules fines peuvent déclencher des cancer du poumon, et on sait désormais comment

Articles similaires

 Le dioxyde de carbone CO₂ fait partie des gaz à effet de serre qui contribuent le plus au réchauffement de la planète.
Changement climatique

«Le CO₂ est un rejet sans valeur et cela doit changer»

Jeremy Luterbacher (à droite) et son équipe de l’EPFL
Changement climatique

Du plastique sans pétrole: au secours du monde avec du bois et de l’herbe

Les entreprises qui fabriquent des vêtements d'extérieur utilisent depuis longtemps les PFAS, des «polluants éternels », pour rendre leurs produits imperméables. Elles n'ont que récemment commencé à réfléchir à la manière de se passer des PFAS.
Eau

Il faut tordre le cou à l’idée que les ‘polluants éternels’ sont indispensables