Logo image
PHoto: EPFL / CHRIS BLASER

La façade ouest du centre de congrès de l'EPFL à Lausanne est composée de panneaux solaires qui s'illuminent dans différentes teintes. Photo: EPFL / Chris Blaser

Climat et énergie Contenu du partenaire: EPFL

Des cellules solaires inspirées de la nature

L'énergie solaire est une source d'énergie renouvelable indispensable. Le professeur de chimie Michael Grätzel, chercheur de haut niveau à l'EPFL, a apporté une contribution révolutionnaire à ce sujet. Il a inventé une cellule solaire inspirée d'un modèle biologique. Aujourd'hui, il poursuit avec succès son développement.

22

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Des cellules solaires inspirées de la nature

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

6 Min.  •   • 

S'il existe des sortes de cathédrales modernes de la durabilité, le centre de congrès inauguré il y a dix ans sur le campus de l'EPFL à Lausanne en fait certainement partie. Il suffit de regarder la façade ouest composée de panneaux de verre élancés dans les tons jaune, vert, orange et rouge. Elle n'est pas seulement une attraction visuelle. Outre le look, la fonction a été déterminante pour le design. Il ne s'agit pas d'une simple fenêtre: le mur est composé de 300 mètres carrés de cellules photovoltaïques, une première mondiale à l'époque.

Si vous pensez aux habituels panneaux solaires aux miroirs sombres que l'on trouve sur les toits des maisons et dans les parcs solaires, vous vous trompez. Les panneaux photovoltaïques du «Swiss- Tech Convention Center» sont composés de cellules dites «Grätzel», qui ont non seulement un aspect différent, mais qui fonctionnent également différemment – car elles imitent le processus biologique fondamental de la photosynthèse.

Elles portent le nom de leur inventeur, le chimiste Michael Grätzel, qui a reçu de nombreuses récompenses. Ce Suisse d'origine allemande travaille depuis de nombreuses années à l'EPFL et a largement contribué aux progrès technologiques fulgurants dans le domaine de l'énergie solaire. Outre son intérêt pour la recherche, il est également motivé par sa conscience écologique. «Le changement climatique est un grand défi», dit-il. «Nous devons renoncer aux énergies fossiles tout en multipliant l'utilisation du photovoltaïque. Après tout, l'énergie solaire est devenue une source d'énergie renouvelable indispensable». La valeur de son travail est inestimable.

Un colorant qui transforme la lumière du soleil en énergie

En principe, toutes les cellules solaires fonctionnent selon un principe similaire. Elles utilisent la lumière du soleil pour produire de l'énergie électrique: le rayonnement se transforme en électricité. Les cellules solaires conventionnelles sont basées sur le silicium, un matériau semi-conducteur inorganique obtenu à partir de sable de quartz. Les cellules Grätzel, en revanche, n'ont pas besoin de silicium. Dans ces dernières, des molécules de colorants organiques collectent la lumière et transmettent l'énergie à des nanocristaux, ce qui génère un courant électrique. Elles s'inspirent des plantes dont les pigments verts chlorophylliens absorbent les rayons du soleil. C'est le processus de la photosynthèse: l'énergie solaire est transformée en oxygène et en sucre, et donc stockée.

«La photosynthèse me fascinait déjà quand j'étais étudiant», explique Grätzel. «Cet intérêt est devenu particulièrement pertinent dans les années 1970, lors de la première crise pétrolière, lorsque nous étions limités dans nos déplacements en voiture et que nous ne pouvions pas faire le plein. C'est à cette époque que j'ai réfléchi pour la première fois à la finitude de nos réserves de pétrole et à la manière dont nous pourrions les remplacer à l'avenir. La réponse était évidente: pourquoi ne pas s'inspirer de la nature pour produire de l'énergie»?

Aussitôt dit, aussitôt fait. Certes, d'autres chercheurs ont voulu s'inspirer de la photosynthèse. Mais Grätzel a réussi sa percée parce que, avec son collègue Brian Regan, il a recouvert pour la première fois de colorant des nanoparticules de dioxyde de titane. Une approche innovante qui s'est avérée convaincante de manière inattendue. «Le premier essai était déjà passionnant, car l'effet que nous avons obtenu était mille fois plus élevé que prévu», explique Grätzel. «Notre travail n'était en fait que de la recherche fondamentale, et la recherche solaire elle-même n'en était qu'à ses débuts. Mais nous avons pu en déduire un concept pour de nouvelles cellules solaires». Une révolution dans le domaine du photovoltaïque et la naissance de la cellule Grätzel, que l'inventeur a fait breveter en 1992 – et qui est désormais produite à l'échelle industrielle.

Prof. Michael Grätzel

«Le changement climatique est un défi majeur. Nous devons renoncer aux énergies fossiles et décupler l'utilisation du photovoltaïque.»

Prof. Michael Grätzel

inventeur de la cellule Grätzel

Leur production est comparativement simple, peu gourmande en ressources et peu coûteuse. Le film d'oxyde de titane contenant le colorant est appliqué sur des plaques de verre conductrices. L'électricité renouvelable qui y est produite peut alors être directement transférée vers un appareil ou un lieu de stockage. Les panneaux sont transparents et – à la grande différence des cellules en silicium – très efficaces même en l'absence de rayonnement solaire direct, lorsque la lumière du jour est diffuse. «Même dans des conditions d'éclairage défavorables, elles atteignent un rendement allant jusqu'à 30% et sont, dans ces conditions, meilleures que les cellules au silicium», souligne Grätzel.

Les cellules à colorant ont déjà trouvé des marchés sur lesquels elles sont compétitives. Par exemple, comme élément de façades en verre, parfois de grande taille, ainsi que dans les serres et les lucarnes. Les variantes plus petites et plus flexibles conviennent aux produits mobiles tels que les écouteurs et les liseuses. Mais cela permet aussi d'alimenter des capteurs sans les raccorder directement au réseau électrique. Jusqu'à présent, toutes ces applications n'étaient toutefois pas en concurrence directe avec les cellules au silicium, mais plutôt un complément.

Nouvelles cellules avec un rendement record

Mais la recherche ne s'arrête pas là et fait des progrès fulgurants, surtout en ce qui concerne une innovation: sur la base des cellules à colorant originales, Grätzel a développé la cellule à pérovskite organométallique, qui pourrait être plus efficace que la cellule au silicium. «Je vois les deux modèles en tandem à l'avenir, ou même la cellule à pérovskite en concurrence directe», poursuit Grätzel. Un objectif dont il pourrait s'être rapproché avec une publication récente. Avec un collègue, il a dévoilé un nouveau design qui confère aux cellules à pérovskite un rendement record de plus de 25%, avec une stabilité jusqu'ici inégalée et donc une durée de vie particulièrement longue. Les chercheurs espèrent que cette approche permettra de commercialiser les cellules à pérovskite, éventuellement adaptées aux batteries et à la production d'hydrogène. Il semble qu'il n'y ait guère de limite à l'utilisation de ces cellules solaires à haut rendement, dont un produit devrait particulièrement réjouir l'inventeur en personne: un casque de vélo à effet lumineux pour une meilleure visibilité. «Moi-même, je longe le lac Léman tous les jours et par tous les temps pour me rendre à Lausanne», raconte Grätzel. «Je peux difficilement arriver en Porsche et prêcher ensuite la conscience écologique».

Photo: PD

Source: PD

Le Professeur Michael Grätzel, inventeur de la cellule Grätzel

Une carrière scientifique unique

Dans le monde des sciences, Michael Grätzel, né en 1944 dans le village saxon de Chemnitz, n'est pas seulement connu, mais célèbre pour le développement de la cellule Grätzel et d'autres travaux de recherche. Il a reçu de nombreux honneurs et les plus hautes distinctions et est considéré comme l'un des scientifiques les plus cités dans pas moins de quatre catégories: chimie, physique, sciences des matériaux et ingénierie. Grätzel est considéré depuis des années comme un candidat au prix Nobel de chimie.

Une carrière unique, mais dont le cours n'était pas écrit d'avance. Jeune homme et pianiste doué, Grätzel hésitait entre deux passions, la musique et la science, qui lui semblait finalement être l'option la plus sûre. Il a donc étudié la chimie à l'Université libre de Berlin et a obtenu son doctorat en chimie physique à l'Université technique de Berlin en 1971.

Après avoir occupé d'autres postes, notamment aux Etats-Unis, il s'est installé en Suisse: en 1977, Grätzel a commencé à travailler comme professeur associé de chimie physique à l'EPFL. Quatre ans plus tard, il a été nommé professeur et dirige depuis également le Laboratory of Photonics and Interfaces. C'est là que le scientifique – qui aura 80 ans le 11 mai – effectue encore aujourd'hui ses recherches et donne des cours en tant que professeur ordinaire, mais sans salaire, auquel il renonce volontairement.

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire EPFL.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Photo: BKW / Daniel Hager
Énergie

«La transition énergétique est l'affaire de tous»

EPFL
Gouvernance

L'ETH Zurich et l'EPFL lancent une coalition énergétique verte

Image: economiesuisse
Économie circulaire

Le rayonnement mondial du Valais

Articles similaires

Gonz DDL
Changement climatique

Un «arbre artificiel» suisse pour produire de l’hydrogène vert

https://unsplash.com/de/fotos/schwarzer-suv-in-der-nahe-von-gras-und-baumen--n5fsWTY8uQ
Changement climatique

Le pays du premier véhicule à hydrogène est en retard dans la course au carburant vert

https://unsplash.com/de/fotos/behalter-aus-gelbem-und-grauem-stahl-RxOa46WNEAg
Changement climatique

Hydrogène naturel: la quête d’un «pétrole» propre passe aussi par la Suisse