Logo image
Protéines alternatives: Bonnes pour les consommateurs, les entreprises et le climat

Foto: PD

Production et consommation Contenu du partenaire: Boston Consulting Group (BCG)

Protéines alternatives: Bonnes pour les consommateurs, les entreprises et le climat

Les alternatives à la viande et au lait à base de plantes gagnent en popularité auprès des consommateurs. Une nouvelle tendance émerge: les produits issus de la production microbienne. Le BCG et Blue Horizon ont analysé dans une étude commune la manière dont cela modifie le marché alimentaire et les opportunités qui s'ouvrent aux entreprises.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Protéines alternatives: Bonnes pour les consommateurs, les entreprises et le climat

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

6 Min.  •   • 

Que ce soit pour les œufs, la viande ou le lait, l'appétit pour les aliments d'origine animale reste important au niveau mondial. Parallèlement, la demande d'alternatives respectueuses de l'environnement ne cesse de croître, en particulier en Europe et aux États-Unis. De plus en plus de consommateurs se tournent vers le hachis végétalien à base de protéines de pois lorsqu'ils font leurs courses, savourent leur cappuccino avec du lait d'avoine ou optent pour une escalope de seitan plutôt que de porc à la cantine. Et le développement se poursuit à un rythme effréné: à Singapour et aux États-Unis, la viande dite cultivée est déjà autorisée - produite à partir de cellules animales qui se multiplient presque à volonté dans des bioréacteurs et peuvent ensuite être transformées en nuggets de poulet, par exemple. Dans quelques années, en fonction de l'évolution technologique et réglementaire, le pic de la consommation de viande pourrait donc être dépassé et la consommation de produits conventionnels à base de viande, de poisson, de lait et d'œufs pourrait diminuer de manière continue. Comment les consommateurs jugent-ils la tendance aux protéines alternatives? Et quel est son impact sur l'économie et l'environnement? C'est ce qu'ont analysé le Boston Consulting Group (BCG) et Blue Horizon, un investisseur suisse spécialisé dans l'alimentation durable, l'agriculture et l'économie circulaire, dans une étude commune. L'enquête «The Untapped Climate Opportunity in Alternative Proteins» a été menée auprès d'environ 4000 consommateurs en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient et en Asie.

Grande acceptation par les consommateurs

Dans les pays développés et émergents, les alternatives aux aliments d'origine animale ont intégré depuis longtemps le quotidien des gens. 76% des participants à l'étude ont déclaré connaître au moins un type de protéines alternatives - qu'elles soient purement végétales, le résultat d'un processus de fermentation ou produites à partir de cellules animales cultivées. 60% ont déjà essayé des protéines alternatives et environ 35% d'entre eux sont devenus des utilisateurs fréquents, presque exclusifs ou exclusifs. La crise du Coronavirus, notamment, a énormément contribué à modifier les habitudes alimentaires: Près de la moitié (48%) des personnes interrogées ont déclaré avoir consommé plus ou beaucoup plus de produits à base de protéines alternatives au cours de cette période. 30% des personnes ayant changé leurs habitudes alimentaires ont cité comme raison une plus grande prise de conscience de la santé, suivie par des préoccupations concernant la souffrance animale (24%), des préoccupations concernant le réchauffement climatique (23%) et une plus grande ouverture d'esprit pour essayer quelque chose de nouveau (23%). Un tiers d'entre eux changeraient même complètement leur alimentation si cela avait un effet positif démontrable sur le climat mondial. «Du côté des consommateurs, la volonté de renoncer à la viande est grande - avec une grande marge de progression», déclare Benjamin Morach, co-auteur de l'étude, Managing Director et Partner chez BCG.

Une protection efficace du climat

La réduction de l'élevage dans la chaîne de valeur alimentaire est l'une des solutions les plus efficaces à la crise climatique mondiale. Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), l'élevage occupe actuellement 78% des terres agricoles mondiales. Les bovins, les porcs, les moutons et les volailles produisent d'énormes quantités de méthane, qui réchauffe l'atmosphère terrestre encore plus rapidement que le dioxyde de carbone. Près de 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent donc de l'élevage.

Des protéines alternatives issues de pois, de soja ou de cultures de cellules animales peuvent remplacer les produits carnés et laitiers et contribuer ainsi à la réalisation des objectifs climatiques des Nations unies: limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius d'ici 2030 et atteindre la neutralité en matière de gaz à effet de serre d'ici le milieu du siècle. Le passage à un régime alimentaire basé sur des alternatives végétales pour le bœuf, le porc, le poulet et les œufs pourrait réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Même dans le scénario où les économies sont les plus faibles, celles-ci seraient d'environ 0,85 gigatonne d'équivalent CO2 (CO2e). Cela correspond à 95% des émissions générées par l'industrie aéronautique en 2019. Dans le meilleur des cas, les émissions mondiales pourraient même être réduites de 6,1 gigatonnes de CO2e. Cela correspond à 11% des émissions totales prévues par l'ONU pour 2030. «Le système alimentaire mondial constitue une partie importante de ce problème - et peut être une grande partie de la solution», déclare Jürgen Rogg, également co-auteur de l'étude, Managing Director et Senior Partner chez BCG. Au niveau mondial, les capitaux investis dans les protéines alternatives sont passés d'un milliard de dollars à cinq milliards de dollars entre 2019 et 2021. Les fabricants de produits alimentaires conventionnels misent eux aussi de plus en plus sur les protéines alternatives, achètent ou créent eux-mêmes des start-ups spécialisées. À moyen terme, cette transformation progressive de la production alimentaire réduit l'empreinte carbone des producteurs tout en raccourcissant les chaînes d'approvisionnement, souvent mondiales. Cela permet à son tour aux entreprises de mieux résister aux chocs économiques, comme ceux provoqués récemment par la pandémie du coronavirus ou la guerre en Ukraine. Les auteurs de l'étude parviennent ici à un résultat encourageant: les investissements dans les protéines alternatives permettent de réaliser les économies de CO2 les plus importantes par dollar de capital investi, tous secteurs confondus. Blue Horizon a créé pour cela le terme IoCE, Impact on Capital Employed. Par exemple, l'IoCE est au moins trois fois plus élevé pour les investissements dans les protéines alternatives que dans les secteurs des transports et des bâtiments, qui ont été jusqu'à présent au centre de la politique climatique.

Les choix politiques

L'effet d'orientation des institutions publiques, par exemple par le biais de subventions, joue également un rôle important pour les substituts de la viande et du lait. Les contrats d'achat à plus long terme et les prix garantis sont également une possibilité. En outre, les régulateurs publics peuvent créer un environnement positif, comme c'est déjà le cas en Israël, à Singapour et aux Pays-Bas. Enfin, dans son plan quinquennal actuel, la Chine a fortement valorisé le rôle des protéines issues de plantes, de cellules animales et de micro-organismes dans la sécurité alimentaire du pays. De par sa population, la République populaire dispose non seulement d'un énorme marché sur son propre territoire, mais elle peut également réaliser des économies d'échelle et de coûts grâce à la quantité de protéines alternatives produites. Cela devrait également faire baisser le prix des nouveaux aliments. Que ce soit en Chine ou dans le reste du monde: si tous les acteurs concernés - agriculteurs, fabricants de produits alimentaires, entreprises semencières et pharmaceutiques, constructeurs de machines, distributeurs ainsi que les gouvernements en tant que responsables de l'encadrement - parviennent à mettre dans les rayons la prochaine génération d'alternatives saines et savoureuses à la viande et le lait, le climat aura également une chance.

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire BCG.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Photo: Lidl Suisse
Alimentation

Pas à pas vers le planning des menus du futur

Photo: PD
Alimentation

L’évaluation des produits d’origine animale

Foto: Yeastup
Alimentation

Une nouvelle vie pour les levures de bière usagées

Articles similaires

https://pixabay.com/photos/airplane-aircraft-airport-travel-4885803/
Changement climatique

Jusqu’à quel point est-on écolo en Suisse?

Image: YASAI
Éducation

Se faire plaisir sans culpabiliser

«La solution: des algues comestibles de fermes suisses»
Alimentation

«La solution: des algues comestibles de fermes suisses»