Logo image
Le tourisme est-il hors de contrôle?
Production et consommation

Le tourisme est-il hors de contrôle?

Huit millions de visiteurs affluent chaque année dans la ville de Venise et sa lagune, polluant l'environnement et faisant grimper les prix. Mais le phénomène a une autre ampleur: les parcs nationaux suisses, les rives des lacs en été, les vallées alpines idylliques, les villes riches en culture - tous ces lieux croulent sous les flots de touristes. A cela s'ajoute la pollution massive causée par le trafic. Le moment est-il venu de mettre un frein au tourisme?

1

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Le tourisme est-il hors de contrôle?

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

3 Min.  •   • 

Depuis longtemps déjà, il ne s'agit plus d'enrichissement culturel

Le nombre de touristes doit baisser, pour le bien de l'environnement

Les destinations sont aussi des destinations nature. La protection de l'environnement doit être une priorité absolue dans le tourisme – c'est notamment grâce à un certain décor qu'un lieu devient une destination. Or, c'est précisément ce décor qui est particulièrement menacé. Moins de touristes, c’est moins de déchets, moins d'érosion des sols et moins d'impact sur la faune et la flore: voilà la seule façon de préserver les écosystèmes.

Maintenir l'intégrité culturelle. Le tourisme va de pair avec le commerce: McDonald's à chaque coin de rue, des babioles en plastique dans chaque boutique de souvenirs. A long terme, cela détruit l'économie locale - même si celle-ci en profite souvent au début. La limitation du tourisme de masse permet aux communautés locales de préserver leur identité culturelle. Si les flux de touristes deviennent trop importants, cela nuit à la vie traditionnelle locale et la destination ne mérite plus d'être visitée.

La durabilité apporte une nouvelle vie. De nombreuses destinations se reposent sur des trésors vieux de plusieurs siècles: Rome vit de ses Romains, Paris de son architecture. Si le tourisme est limité, cela oblige les destinations à se réinventer et à adopter des pratiques plus durables. Un tourisme de qualité, riche en expériences et respectueux de l'environnement est alors mis en avant.

Eviction des autochtones. La bulle Airbnb n'a pas encore éclaté, mais de nombreuses destinations sont confrontées à la pénurie de logements et à l'explosion des prix de l'immobilier. A cela s'ajoutent l'augmentation du coût de la vie et le manque d'emplois – deux facteurs qui poussent les habitants à quitter les villes les plus prisées. Un contingentement du tourisme pourrait assurer l'équilibre et rétablir une certaine normalité. Ainsi, les autochtones redeviendraient eux aussi plus accueillants.

Il ne s’agit pas d’arrêter le tourisme, mais de le gérer

Sans tourisme, la vie s'effondre

Ne pas faire le difficile. Le tourisme est une source de revenus essentielle (et souvent unique) pour de nombreuses régions du monde. Il crée des emplois, favorise la croissance économique et apporte une prospérité bien nécessaire aux communautés locales. Sans alternative, la population locale n'a généralement d'autre choix que le braconnage d’animaux menacés ou le déboisement de forêts fragiles. Et c'est précisément de cela qu'on voulait s'éloigner grâce au tourisme.

Voyager conduit à l'enrichissement culturel. Le tourisme favorise les échanges culturels et la compréhension entre les différentes cultures et nations. Il permet aux gens de découvrir différents modes de vie et traditions. Même les touristes profanes retiennent généralement quelque chose, ne serait-ce qu’en appréciant cette autre culture.

L'infrastructure en bénéficie. Le tourisme ne profite pas seulement à l'économie locale. Les recettes peuvent être investies dans l'amélioration des infrastructures, en particulier dans les zones rurales ou moins développées. Cela signifie concrètement que les routes, les aéroports, les installations médicales et la protection active de la nature peuvent bénéficier des investissements touristiques.

Le voyageur éduqué et sensibilisé. Même s'il reste encore beaucoup à faire actuellement, le tourisme offre une formidable opportunité d'éducation et de sensibilisation, notamment sur les questions environnementales. Les personnes qui découvrent la beauté de la nature et la diversité culturelle sont souvent plus enclines à s'engager pour la protection de l'environnement et la préservation du patrimoine culturel. C'est précisément là que les destinations très fréquentées devraient intervenir. Au lieu de bannir les touristes, il faudrait les inciter activement à protéger les écosystèmes.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Foto: PD

« Tout le monde doit pouvoir s'offrir des produits durables »

La durabilité suisse, une attraction touristique
Mobilité

La durabilité suisse, une attraction touristique

«L’objectif est de pouvoir garder les matériaux dans le système aussi longtemps que possible»
Économie circulaire

«L’objectif est de pouvoir garder les matériaux dans le système aussi longtemps que possible»

Articles similaires

«C’est juste une question de volonté politique»
Biodiversité

«C’est juste une question de volonté politique»

Les limites planétaires comme lignes directrices pour notre économie
Gouvernance

Les limites planétaires comme lignes directrices pour notre économie

Les bandes fleuries en bordure des champs favorisent la biodiversité. Elles offrent un espace aux insectes et permettent de lutter naturellement contre les ravageurs.
Biodiversité

La protection des espèces sur la liste des priorités