Logo image
«L’objectif est de pouvoir garder les matériaux dans le système aussi longtemps que possible»

«L’économie circulaire est une idée plus large qui peut se répandre rapidement dans tous les secteurs», explique Dame Ellen MacArthur. Photo: DP

Production et consommation

«L’objectif est de pouvoir garder les matériaux dans le système aussi longtemps que possible»

Dame Ellen MacArthur, fondatrice de la fondation du même nom, est considérée comme une icône et une pionnière de l’économie circulaire et de la coopération mondiale. Le 23 septembre 2022, elle a donné une keynote au Swiss Sustainability Forum à Berne.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

«L’objectif est de pouvoir garder les matériaux dans le système aussi longtemps que possible»

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

4 Min.  •   • 

Comment jugez-vous l’état actuel de la Suisse et du monde sur la voie du développement durable?

Ellen MacArthur: Ellen MacArthur: Partout dans le monde, nous constatons que de plus en plus d’entreprises modifient leurs méthodes de travail afin d’exploiter les possibilités offertes par l’économie circulaire et de s’attaquer aux causes du changement climatique, de la perte de biodiversité, des déchets et de la pollution. Les opportunités sont évidentes et la coopération est la clé du succès. Ensuite, nous devons veiller à ce que la transformation de l’économie circulaire soit soute-nue par des cadres coordonnés au niveau mondial qui permettent une mise à l’échelle rapide.

Avec votre fondation, vous vous êtes engagés dans une voie fondamentalement nouvelle. Quel est le facteur de réussite le plus important?

L’économie circulaire est une idée plus large qui peut se répandre rapidement dans tous les secteurs. Cela permet de créer de la valeur et des emplois tout en augmentant la résilience des chaînes d’approvisionnement. Le potentiel de croissance économique est énorme. Un seul exemple: L’étude de notre fondation «Business models for a thriving fashion industry» montre que les modèles commerciaux circulaires dans des ­domaines tels que la location, la revente, la transformation et la ­réparation ont le potentiel de s’approprier environ 23 % du marché mondial de la mode, soit 700 ­milliards de dollars, d’ici 2030.

Où avez-vous observé les plus grands défis?

Nous devons tous résoudre un conflit d’objectifs: Comment pouvons-nous créer et promouvoir un changement positif et régénérateur alors que nous sommes pris dans ce système de «take-make-waste»? Les possibilités offertes par l’économie circulaire permettent de relever ce défi en évitant les déchets, en faisant circuler les produits et les matériaux et en régénérant ainsi la nature. L’économie circulaire est propulsée par le design. Nous devrions nous concentrer sur les activités en amont, le véritable levier de la réduction des déchets. En travaillant avec les entre-prises et les gouvernements, nous pouvons concevoir un système qui nous permet à tous de prendre de meilleures décisions. Des décisions qui apportent des solutions aux défis mondiaux, plutôt que des décisions qui deviennent une partie des problèmes.

Quelles leçons tirez-vous de votre engagement passé?

La coopération est essentielle. Les problèmes mondiaux ont besoin de solutions mondiales. Le Global Commitment, mené par la fondation en collaboration avec le Programme des Nations unies pour l’environnement, en est un excellent exemple. La pollution plastique doit être com-battue à la source. Plus de 500 organisations adhèrent désormais à une vision commune d’une économie circulaire pour les plastiques. Les entreprises, qui représentent 20 % de tous les emballages plastiques produits dans le monde, se sont engagées à atteindre des objectifs ambitieux pour 2025. Des rapports d’avancement annuels permettent de savoir où en sont les signataires par rapport à ces objectifs.

Que devraient faire maintenant les décideurs économiques, politiques et sociaux?

Nous pouvons tous prendre la décision de réutiliser ou de réparer, de partager et de recycler des objets. Mais le modèle économique actuel rend très difficile et souvent inconfortable l’application des principes et des alternatives de l’économie circulaire. Nous devons changer notre façon de penser. Nous devrions résister à la tentation de trop investir dans des solutions en aval. Il est tout à fait compréhensible de prendre des déchets, de repenser leur utilisation et d’innover pour créer quelque chose de nouveau avec. Les résultats sont tangibles et les effets positifs immédiatement perceptibles. Ces activités peuvent toutefois devenir si séduisantes qu’elles détournent l’attention des solutions en amont. Aussi louables et indéniables que soient les solutions à court terme: Nous concevons avec des déchets au lieu de concevoir pour la réduction des déchets.

Que conseillez-vous concrètement?

En plus de nos produits et services, nous avons besoin d’une refonte de l’ensemble du système qui les entoure. Cela inclut les modèles commerciaux, la manière dont les clients accèdent aux produits et la question de savoir ce qu’il advient de ces produits lorsque nous n’avons plus d’usage pour eux. L’objectif est de pouvoir conserver les matériaux le plus longtemps possible dans le système.

Interview: Anja Bundschuh, «Circular Hub»

Cet article fait partie du partenariat média avec Circular Hub, la plateforme de connaissances et de réseaux pour l'économie circulaire en Suisse.

A propos

Le record du tour du monde en solitaire le plus rapide pour une femme est détenu par Dame Ellen MacArthur. 71 jours seule à bord avec des ressources réduites au maximum ont fait comprendre à la Britannique l’importance existentielle de la finitude. Elle a ensuite créé la Fondation Ellen MacArthur. Les priorités de sa fondation sont la mobilisation d’innovations réussies et de modèles commerciaux circulaires. Pour montrer ce qui est possible et où l’économie circulaire peut avoir le plus grand effet de levier, la fondation travaille avec des entreprises, des gouvernements et des universités et se concentre sur les secteurs du plastique, de l’alimentation, de la mode, de la finance et des villes.

Cet article traite des SDG suivants

Les Objectifs de développement durable (ODD) sont 17 objectifs mondiaux de développement durable convenus par les États membres de l'ONU dans l'Agenda 2030. Ils couvrent des thèmes tels que la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire, la santé, l'éducation, l'égalité des sexes, l'eau propre, les énergies renouvelables, la croissance économique durable, les infrastructures, la protection du climat et la protection des océans et de la biodiversité.

12 - Consommation et production responsables

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Photo: BMW
Économie circulaire

«Nous devons parvenir à une économie circulaire à long terme»

Plastique
Économie circulaire

Les microbes mangeurs de plastique ne sont pas la solution miracle au problème des déchets

Un tas de bouteilles PET
Biodiversité

Le plastique envahit la Suisse et le recyclage ne résoudra pas tout

Articles similaires

La controverse
Énergie

Les sports d'hiver sont-ils durables?

«C’est juste une question de volonté politique»
Biodiversité

«C’est juste une question de volonté politique»

Cerveau avec motifs géométriques
Économie circulaire

L'intelligence artificielle dans le développement durable: des notions à connaître