Logo image
Photo: BMW

Photo: BMW

Production et consommation Contenu du partenaire: BMW

«Nous devons parvenir à une économie circulaire à long terme»

La durabilité a besoin d’une approche globale – le BMW Group l’a bien compris. Le groupe automobile munichois examine donc l’ensemble du cycle de vie de ses véhicules afin de réduire de manière ciblée les émissions de CO2 de l’entreprise, du développement et du choix des matériaux à l’élimination et au recyclage, en passant par la production et la période d’utilisation.

5

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

«Nous devons parvenir à une économie circulaire à long terme»

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

5 Min.  •   • 

Roberto Rossetti, responsable du développement global du cycle de vie des véhicules au sein du BMW Group, sait à quel point l’analyse du cycle de vie des véhicules est efficace pour réduire les émissions de CO2 et pour la protection du climat. Il surveille l’ensemble des émissions de CO2 du BMW Group. Dans l’interview suivante, Roberto Rosetti explique comment même les plus petites mesures et idées peuvent avoir un impact important, le rôle que jouent les matières recyclables et les matériaux dans le bilan CO2 et ce qu’il fait pour plus de durabilité à titre privé.

Roberto Rossetti, le développement d’un véhicule entier est un vaste sujet. Sur quoi vous concentrez-vous actuellement?

Roberto Rossetti: Actuellement, je m’intéresse surtout à l’analyse du cycle de vie des émissions de CO2 pour l’ensemble du BMW Group, des bâtiments jusqu’à chaque véhicule, chaque composant, en passant par la production et le développement de matériaux. L’analyse du cycle de vie est particulièrement efficace pour la protection du climat et la réduction des émissions de CO2. Nous créons ainsi de la transparence. En effet, chaque véhicule, chaque processus, chaque bâtiment produit du CO2 tout au long de son cycle de vie. Plus nous connaissons précisément les endroits où se produisent les émissions, mieux nous pouvons planifier les économies. Dans une entreprise, de nombreux éléments interviennent. Nous ne mesurons pas chaque valeur nous-mêmes, mais nous faisons tout ensemble. Avoir recours aux bons matériaux est tout aussi efficace. Les matières recyclées génèrent nettement moins de CO2 dans leur production, ce qui réduit l’empreinte carbone. De plus, nous impactons moins l’environnement si nous utilisons moins de matières premières primaires. Notre objectif est qu’à la fin, nous puissions recycler entièrement tous les produits. De la même manière que les déchets industriels, nous pouvons réutiliser les matières recyclées, tout comme les déchets industriels, comme les déchets métalliques, par exemple. A cela s’ajoutent des matières premières renouvelables que nous produisons à partir de plantes ou de la biomasse. Les fibres naturelles issues du lin sont un maître mot. Au même titre que les alternatives végétales au cuir, à base de liège, de cactus ou de champignons. Nous pouvons également remplacer partiellement les matières plastiques qui sont encore fabriquées à partir de pétrole, par exemple par des matières plastiques fabriquées à base de déchets de bois qui ont un bilan CO2 incroyablement faible.

Désormais, l’analyse du cycle de vie comporte de multiples facettes et les matériaux offrent des options, semble-t-il, infinies. Quel est votre objectif concret – que souhaitez-vous atteindre?

Rossetti: Mon objectif est de garantir la transparence de toutes les émissions de CO2 du BMW Group. Si nous savons où et en quelle quantité le CO2 est produit, nous saurons où nous pouvons procéder à des réductions judicieuses. Et si chacun s’en occupe au niveau de sa fonction, chacun peut développer ses propres idées afin d’économiser le CO2. Concernant les matériaux, je m’intéresse à leur caractère durable. Nous menons des recherches dans nos propres laboratoires, travaillons avec des start-up et discutons avec des représentants de l’industrie du recyclage. Mais nos matériaux doivent toujours répondre à nos exigences de qualité. D’un point de vue subordonné, nous ne pouvons concevoir l’avenir qu’en agissant de manière durable. En effet, les ressources sur notre planète sont limitées et elles finiront par s’épuiser. Par conséquent, si nous voulons maintenir l’économie en tant que telle, nous devons parvenir à long terme à une économie circulaire qui fonctionne à partir de matériaux déjà existants.

Photo: BMW

BMW

Quelles difficultés, quels obstacles se dressent sur votre chemin?

Rossetti: Les bilans CO2 et la réduction des émissions de CO2 sont très complexes, ce qui rend les choses difficiles. Nous devons veiller à ne pas nous perdre dans les détails, mais plutôt nous concentrer d’abord sur les grands coupables. Nous pourrons ensuite avancer pas à pas. En ce qui concerne les nouveaux matériaux recyclés, j’ai déjà cité la qualité comme un défi. Quelle quantité de matériel secondaire pouvons-nous utiliser tout en respectant nos exigences? En outre, nous voulons utiliser de plus en plus de matières recyclées pour la production de nos véhicules. Il faut veiller à ce que nous obtenions la garantie d’approvisionnement. Nous demandons donc certaines quantités aux fournisseurs et nous fixons des objectifs clairs. Cela permet aux fournisseurs de se développer dans cette direction. Mon réseau solide m’aide à résoudre toutes ces questions. Il y a tellement de sites qui doivent travailler ensemble. La direction est clairement donnée et elle est acceptée. Mais QUOI et COMMENT, nous devons l’élaborer ensemble.

Une telle préoccupation pour les émissions de CO2, les analyses et les matières recyclées affecte-t-elle votre comportement privé?

Rossetti: Oui, c’est évident. J’emmène ma façon de penser avec moi, où que j’aille. Je m’interroge sur la consommation de CO2 lorsque je monte dans l’avion. Lorsque j’achète de la nourriture, je fais attention à la quantité de CO2 déjà produite lors de la production et du transport. Je suis extrêmement sensibilisé et j’accorde de l’importance à chaque petite étape. En effet, j’ai aussi appris que c’est la multitude d’étapes durables mises bout à bout qui nous permet d’avancer. Malheureusement, il n’existe pas de solution unique.

En une phrase: qu’est-ce qui vous motive chaque jour à vous consacrer à ces objectifs?

Rossetti: Je veux laisser une belle terre à mes enfants! Même les jeunes enfants sont préoccupés par ce sujet. comme ma fille, qui me dit: «Eteins la lumière, ce n’est pas bon pour l’environnement.» Nos enfants sont évidemment concernés. J’aimerais bien leur laisser une bonne terre.

Et quand considérerez-vous que tout est OK? Quand serez-vous satisfait?

Rossetti: Je suis content lorsque nous atteignons nos objectifs. Cela suffit à me satisfaire. Mais à vrai dire, le travail ne fait que commencer et nous avons encore beaucoup à faire. Qu’il s’agisse d’économie circulaire ou d’émissions de CO2: nous n’en sommes qu’au début, c’est maintenant que tout commence!

Déclaration : ce contenu a été créé par BMW dans le cadre de son partenariat avec Sustainable Switzerland.

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Dans quelle mesure les fêtes populaires sont-elles «durables»?
Économie circulaire

Dans quelle mesure les fêtes populaires sont-elles «durables»?

Foto: PD
Mobilité

De l’«aluminium vert» pour la production BMW

La durabilité dans la mode est un concept qui s'étend comme un ruban rouge à travers tous les processus de production.
Économie circulaire

La durabilité dans la mode: Comment cela se passe-t-il?

Articles similaires

La mobilité verte commence dès la planification des voitures
Changement climatique

La mobilité verte commence dès la planification des voitures

L’économie circulaire prend son envol
Économie circulaire

L’économie circulaire prend son envol

Construction automobile et matériaux durables
Économie circulaire

Construction automobile et matériaux durables