Logo image
pasja1000 / Pixabay

Photo: pasja1000 / Pixabay

Climat et énergie

Les autres perspectives : Vagues de chaleur et inondations

En tant que pays alpin, la Suisse est particulièrement touchée par le changement climatique. Selon les modélisations, il y aura de plus en plus de journées chaudes et de précipitations intenses.

1

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Les autres perspectives : Vagues de chaleur et inondations

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

5 Min.  •   • 

Des étés secs et des hivers peu enneigés, davantage de jours de canicule et des inondations plus fréquentes : Les effets du changement climatique ont également touché la Suisse depuis longtemps. Et ils se feront encore plus sentir à l'avenir. Les intempéries et les inondations de ces dernières années en ont déjà donné un avant-goût. Loin d'être surprenantes, elles correspondaient en grande partie aux scénarios climatiques et hydrologiques développés dans le cadre du projet Hydro-CH2018 du National Centre for Climate Services (NCCS) de la Confédération, sous la direction de l'ETH Zurich et de Météo Suisse. Selon les calculs des scientifiques, à l'avenir

  • Les vagues de chaleur ainsi que les journées et les nuits chaudes seront encore plus fréquentes et plus extrêmes ;
  • Les précipitations moyennes en été diminueront, l'évaporation augmentera et les périodes de sécheresse seront donc plus fréquentes et plus longues ;
  • Les fortes précipitations seront probablement plus fréquentes et plus intenses ;
  • Les chutes de neige diminuent à basse altitude et les régions à fort enneigement se réduisent fortement.

Dans certains cas, ces évolutions se sont même manifestées un peu plus tôt que prévu il y a encore quelques années, expliquent les experts de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Il suffit de penser à l'hiver 2022/23, pauvre en neige, qui a entraîné une période de basses eaux au printemps. L'été dernier, des périodes sèches et chaudes se sont ensuite produites, interrompues par plusieurs épisodes dits de fortes précipitations. Enfin, en novembre et décembre 2023, de très fortes pluies combinées à une limite des chutes de neige très élevée ont entraîné des crues. Par deux fois en l'espace de quelques semaines, l'ouest et le nord de la Suisse ont été touchés - et ce dans une ampleur rarement, voire jamais observée jusqu'à présent durant les mois d'hiver.

Des phénomènes météorologiques aussi exceptionnels sont-ils une conséquence directe du changement climatique ? De l'avis des experts, la prudence est de mise : Certains événements météorologiques ne peuvent pas être attribués au changement climatique, disent-ils. Il est donc difficile d'estimer la part du changement climatique dans chaque cas. Mais il est prouvé qu'avec le changement climatique, "la probabilité de vagues de chaleur ou d'hivers doux (et peu enneigés en plaine) a augmenté de manière significative", comme le rapporte l'OFEV. "Une atmosphère plus chaude peut en outre absorber davantage de vapeur d'eau, ce qui favorise également la formation de crues". Par le passé, il y a également eu régulièrement de grandes inondations, et cela sera encore le cas à l'avenir. "Il y a cependant des indices qui montrent que la multiplication des inondations en Europe au cours des dernières décennies est une conséquence du changement climatique".

Il ne fait aucun doute que la Suisse fait partie des pays particulièrement touchés par le changement climatique. Selon l'OFEV, les températures augmentent ici "deux fois plus que la moyenne mondiale". Il faut savoir que le réchauffement est généralement plus fort dans les régions continentales de l'hémisphère nord que dans les autres parties du monde. Selon les scénarios climatiques du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le réchauffement futur devrait être à peu près identique en Europe du Nord, en Europe centrale et en Europe du Sud, et plus élevé en Europe de l'Est, plus continentale. Dans l'espace alpin, le réchauffement entre 1980 et 2015 était déjà plus important que dans les régions environnantes.

En ce qui concerne les précipitations, selon les scénarios du GIEC, le climat deviendra à l'avenir plus sec au sud et plus humide au nord. Et la Suisse, située géographiquement au cœur de l'Europe ? Selon l'OFEV, elle se situe "à peu près entre ces régions, avec des évolutions différentes en termes de précipitations".

La Suisse n'est pas touchée par le changement climatique de la même manière que d'autres pays européens. "Nous ne sommes par exemple pas menacés par la hausse du niveau de la mer, mais la stabilité des pentes diminue dans l'espace alpin en raison du dégel du permafrost et de la fonte des glaciers", expliquent les spécialistes de l'OFEV. Contrairement aux pays du Sud, la population suisse serait moins adaptée à la charge thermique croissante et l'agriculture moins adaptée à la sécheresse estivale croissante. A cela s'ajoute un autre aspect : "L'espace alpin est un habitat particulier avec une grande diversité d'espèces sur un petit espace", expliquent-ils. Il est donc particulièrement vulnérable aux changements liés au changement climatique.

Est-il possible de prévoir dès aujourd'hui comment sera le climat en Suisse au milieu ou à la fin de ce siècle ? Pour les experts, le cas est clair : si les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter sans relâche, il faut s'attendre à une hausse de la température moyenne annuelle de 2,0 à 3,3 degrés Celsius d'ici le milieu du siècle par rapport à la période normale 1981-2010, et même à une augmentation de 3,3 à 5,4 degrés Celsius d'ici la fin du siècle.

Avec l'accord de Paris de 2015, 195 pays se sont engagés à atténuer le changement climatique et à réorganiser l'économie mondiale en conséquence. Si les objectifs convenus à l'époque sont effectivement respectés, le réchauffement pourrait être réduit de deux tiers environ, selon les experts. Selon l'OFEV, il ne faut pas s'attendre à des changements majeurs au niveau des précipitations annuelles en Suisse. Selon les modèles de calcul, la fréquence et l'intensité des fortes précipitations devraient toutefois augmenter.

Des climatologues de renom comme Reto Knutti de l'EPF de Zurich appellent à agir rapidement. Il s'agit en fait de réduire pratiquement à zéro les émissions de gaz à effet de serre nocives pour l'environnement d'ici 2050. Tous les domaines sont concernés, en particulier les transports, les bâtiments, l'industrie et l'agriculture. Plus le temps passe, plus il sera difficile et coûteux de maîtriser la crise climatique.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Image: BCG

Les données, principal allié dans la lutte pour le climat

«L'humanité est créative»
Changement climatique

«L'humanité est créative»

Wasser und Berge
Changement climatique

La lutte contre le manque d’eau s’organise sur les alpages

Articles similaires

Photo:  Luis Iranzo Navarro-Olivares/ Pixabay
Eau

Même au pays de l’eau, la sécheresse devient une préoccupation

«Les événements extrêmes deviendront très bientôt une crise permanente»
Changement climatique

«Les événements extrêmes deviendront très bientôt une crise permanente»

Photo: DP
Changement climatique

«L'humanité est créative»