Logo image
La durabilité dans la mode est un concept qui s'étend comme un ruban rouge à travers tous les processus de production.

Photo: Julian Hochgesang/ Unsplash

Production et consommation

La durabilité dans la mode: Comment cela se passe-t-il?

La durabilité dans la mode est un concept qui s'étend comme un ruban rouge à travers tous les processus de production. C’est un concept qui va des thèmes de l'extraction des matières premières à l'élimination en passant par le transport, mais qui mise aussi sur ce qui existe et son extension. La durabilité dans la mode est aussi variée que la mode elle-même.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

La durabilité dans la mode: Comment cela se passe-t-il?

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

6 Min.  •   • 

Lorsque nous retirons un vêtement de notre armoire, il a déjà subi de nombreux processus différents et a été transporté à plusieurs reprises. Prenons l’exemple d’un sweat-shirt. Pour obtenir un sweat-shirt en coton, il faut d'abord cultiver la matière première, la transformer et la transporter jusqu'au site de production. C’est de tout cela que le sweat-shirt est composé lors de la production sur place. Vient ensuite le transport vers le point de vente, puis la consommation. Dans chacun de ces domaines, l'industrie de la mode doit intégrer la durabilité et faire face à certaines questions et problématiques. C'est pourquoi la notion de durabilité dans la mode, au sens le plus large du terme, comporte de multiples facettes. «Pour chaque domaine, il faut d'abord identifier et comprendre quels sont les différents critères pour pouvoir agir de manière durable» explique Evelyne Roth , enseignante en design de mode à la Hochschule für Gestaltung und Kunst de Bâle (Haute école d’art et de design de Bâle) à la Fachhochschule Nordwestschweiz.

Économie circulaire durable dans l'industrie textile

Il s'agit de structurer les différents domaines du processus de manière à leur faire viser la durabilité. En commençant par les matières premières, des questions se poseraient sur la manière de concevoir leur utilisation pour une durée de vie la plus longue possible. «Mais aussi pour savoir comment composer ces matières premières pour permettre leur réintroduction dans les circuits de l'économie circulaire, aussi bien techniquement que biologiquement de manière renouvelable et sans réintroduire de polluants dans le sol».Pour que les textiles et les matériaux nécessaires à la fabrication d'un vêtement forment une économie circulaire, il existe des solutions. Le principe est semblable à celui du tri du verre usagé, de l'aluminium ou du Pet. «Nous parlons ici soit d'un mélange de matériaux séparables, soit de créations entièrement réalisées à partir d'une mono-matière», explique la professeure d'université. Lorsqu’on recycle un vêtement, comme une chemise «en lin» mais qui peut être composée de différents matériaux, il faut s'assurer que le textile de la chemise ne comporte bien que du lin. En outre, les fils de nylon qui maintiennent les tissus ensemble doivent être retirés. Dans le meilleur des cas , les boutons doivent également être fabriqués à partir de matériaux dégradables et être séparés du tissu. Il est important que les matériaux «invisibles», comme les procédés de finition ou les processus de coloration, soient également renouvelables. «Les vêtements doivent donc être conçus de manière à ne contenir que des mono-éléments, ou encore: les éléments de mélange doivent être conçus de manière à ce que nous puissionsles séparer», explique E. Roth. Il existe déjà de nombreuses solutions pour séparer les différents matériaux lors du recyclage.

Temps et coût Intensité de la durabilité

Mais pour ces processus, les entreprises ont besoin d’un temps que la société n'est pas toujours prête à attendre. En effet, avec l'industrie de la fast fashion, nous sommes habitués à acheter des vêtements sans connaître de limite. Toutes les couleurs et coupes sont disponibles pour nous, rapidement, facilement et à un prix généralement bas. Mais cela reste très éloigné des approches de la mode durable. «Pour la production d'un seul vêtement, bien des composants sont parfois transportés plusieurs fois à travers le monde» dit E. Roth. En effet, l'extraction des matières premières et les lieux de production sont souvent éloignés les uns des autres. Un grand pas vers la durabilité serait fait «si les lieux de production se trouvaient là où ont lieu l'extraction des matières premières et la vente finale, pour réduire à leur minimum les coûts de transport qui nuisent à l'environnement», explique E. Roth.

Pour réduire non seulement ces coûts de transport mais aussi la surproduction de l'industrie de la mode, il existe déjà quelques solutions. C'est le cas, par exemple, de la production à la demande. Les produits sont fabriqués à la demande, ce qu’on appelle le «principe du made-to-measure». Si l'on tient compte des aspects coûteux en temps et en argent de ces solutions, celles-ci sont plus élevées que les offres de l'industrie de la fast fashion. Evelyne Roth en est également consciente: «Pour nous, individuellement, la durabilité coûte cher, mais ce qu'elle coûte au monde entier est un prix plus élevé que nous finirons par payer». En effet, selon le mouvement Fashion Revolution, les vêtements sont responsables d'environ 3% de la production mondiale d'émissions de CO2.

Partir de ce qui existe

Outre la fabrication de vêtements, la durabilité s'applique également à ce qui existe déjà. A savoir, les vêtements que nous avons déjà achetés: «Il s'agit de les garder le plus longtemps possible» parce que «Nous avons souvent tendance à acheter des vêtements neufs plutôt que de les réparer ou de les modifier», explique E. Roth. Les réparations coûtent généralement plus cher que l'achat d'un nouveau vêtement. On peut certes réparer les vêtements, mais aussi les améliorer avec des éléments créatifs. «Le plaisir et la fascination de la mode, des différents styles – qu'ils soient voyants, criards ou réservés – est un besoin de l'homme». Une envie qui ne doit pas non plus se perdre, dit Evelyne Roth. Mais il faudrait un changement de mentalité de la société et de l'industrie de la mode pour que les vêtements qui existent déjà puissent vivre le plus longtemps possible et que les tendances de la mode puissent s'exprimer autrement qu'au détriment de l'environnement. En effet, l'industrie de la fast fashion produit parfois de nouvelles collections chaque semaine. Lorsqu'ils sont démodés, les vêtements qui n'ont pas encore été portés sont jetés. «Ce sont des coûts environnementaux qui vont du transport vers le site d'élimination jusqu'à l'élimination en elle-même», explique E. Roth.

«Changer de mentalité est le plus grand défi»

Mais la durabilité dans la mode ne signifie pas seulement la durabilité dans la production, le transport ou la consommation, mais aussi dans le domaine social. Concrètement, cela signifie: des salaires équitables, des conditions de travail décentes et une couverture santé pour tous les travailleurs impliqués dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement. Mais la durabilité sociale, c’est aussi proposer une mode inclusive: des vêtements qui conviennent à toutes les tailles et à toutes les formes et qui n'excluent personne.
«Tous ces aspects, de l'extraction des matières premières à l'élimination en passant par le transport, nécessitent une évolution des mentalités, de nouveaux systèmes et, finalement, un changement». Selon l'experte, ce changement de mentalité est le plus grand défi auquel l'industrie de la mode doit faire face. Même si l'on y parvient pas à pas, on est encore loin d'être là où l'on voudrait être.

La «Gen Z» montre l'exemple

La Gen Z est une force motrice de la mode durable. D'après les observations de la professeure de mode, de futurs designers aussi, il n'est plus question pour la jeune génération de travailler dans des entreprises qui «ne sont pas durables dans la production et dans le domaine social». Les entreprises ont déjà reçu ce message: «Si, en tant qu'entreprise, je ne produis pas et n'agis pas de manière durable, je n’ai pas d’avenir». La sensibilité et la conscience de la durabilité dans la mode résultent surtout du fait que les consommateurs s'intéressent à cette thématique, déclenchant alors une autre façon d'agir et de fabriquer des produits de mode. Il est donc important de «remettre en question de manière critique le système de l'industrie de la mode, seule façon de la rendre plus durable», selon E. Roth.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Photo: BMW
Économie circulaire

«Nous devons parvenir à une économie circulaire à long terme»

Magasin de H&M
Textiles

La fast fashion peut-elle être durable? H&M se bat dans un environnement compliqué

ISTOCK
Textiles

Secteur de la mode, agissons maintenant!

Articles similaires

Des produits de qualité à partir de vieux vêtements, c’est possible grâce à Texcircle
Économie circulaire

Des produits de qualité à partir de vieux vêtements, c’est possible grâce à Texcircle

«La fast fashion est-elle acceptable?»
Textiles

Fast Fashion: peut-on la porter encore longtemps?

Des fibres naturelles dans la BMW M4 GT4: le fabricant mise sur la construction biolégère développée par Bcomp.
Économie circulaire

Le plaisir de conduire naît avec la volonté d’innover