Logo image
L'homme veut travailler, progresser, faire carrière – pourquoi au fond?
Économie Société

L'homme veut travailler, progresser, faire carrière – pourquoi au fond?

Ce qui nous attend, c'est la perspective d'une société du travail qui n'a plus de travail, c'est-à-dire la seule activité qui la soude encore.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

L'homme veut travailler, progresser, faire carrière – pourquoi au fond?

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

10 Min.  •   • 

Hannah Arendt : «Vita activa ou de la vie active»

La perspective décrite par Hannah Arendt dans son œuvre principale de 1958 ne s'est heureusement pas réalisée. Elle n'en est pas moins effrayante. Que serait l'homme sans travail, sans tâche? Des managers sans objectifs trimestriels, des journalistes sans textes, des assistantes maternelles sans enfants à garder?

Pour ne pas avoir à affronter ces questions et les crises existentielles qui en découlent, nous travaillons, et pas qu'un peu. Car un jour ou l'autre, vous aurez (certainement) votre propre foyer, (espérons-le) un jardin, (si possible) un chien et (peut-être) des enfants. Tout cela exige de travailler. Les parents qui réduisent leur temps de travail pour pouvoir concilier au moins un peu famille et travail le confirmeront: les enfants nous mobilisent en permanence. Les enfants et la carrière encore plus. On a beau essayer de trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

«Work-Life-Balance»? Le terme est trompeur. Le travail fait partie de la vie. Réjouissons-nous de cela, car sinon, chaque jour ouvrable serait un véritable supplice. Avec 45 ans d'activité professionnelle ou 250 jours de travail à 8,5 heures par an, nous passons près de 11 ans à travailler en continu. L'homme dort encore plus: environ 28 ans, si l'on se base sur 8 heures par jour et une espérance de vie de 83,8 ans, comme l'a récemment établi l'Office fédéral de la statistique.

Sache ce que tu veux!

Et c'est ainsi que nous nous consacrons à cette seule grande cause, à cette forme marquante de maîtrise de l'existence qui nous anime tout au long de notre vie professionnelle. Et qui nous préoccupe déjà bien avant que nous ayons vécu notre premier jour dans notre tout premier emploi. Un travail, un emploi, une profession, une carrière: Qu' est-ce que cela fait à l'homme?

Retournons la question: que fait l'homme de sa contrainte de devoir travailler pour gagner de l'argent? Réussirait-t-il à échapper à la crise existentielle qui le menace, malgré tout ce dolce farniente, s'il n'avait soudain plus rien à faire?

Tout d'abord, il convient de noter que les possibilités de chacun devraient toujours être au centre des préoccupations: sache ce que tu veux et ce que tu peux! Pour que ce soit toi qui gères ton travail et non l'inverse. Il faut défendre ses propres aspirations, ses propres intérêts. Croire que l'on peut presque tout apprendre pour cela, à condition de le vouloir et de s'appliquer. Avoir sa propre boussole plutôt que d'être déterminé par autrui, du moins en ce qui concerne les objectifs professionnels, dont rien ni personne ne devrait nous détourner.

Seulement, pour en arriver à cette conclusion, il faut de l'expérience et probablement aussi quelques déceptions. Et si l'on revient sur les premiers pas ou les premiers trébuchements et sur ce qui a suivi dans sa propre «carrière», cela ne peut pas faire de mal d'être clément. Apprendre et travailler sur soi-même est une tâche de toute une vie. Considérons, par exemple, les points de repère suivants.

A l'école: ce que l'on appelle aujourd'hui la Journée de l'avenir se déroulait comme suit à la fin des années quatre-vingt: les élèves du primaire accompagnaient leur père ou (beaucoup plus rarement) leur mère au travail pendant une journée et présentaient ensuite un bref rapport en classe.

Dans mon cas, c'était pratique: mon père était à la tête d'une entreprise familiale, et c'est ce que je voulais faire un jour. Même s'il m'avait prévenu que je m'ennuierais à son bureau. Et il avait raison. «Marchandise attendue d'urgence en provenance de Pologne bloquée à la douane!» Cette nouvelle était la seule chose passionnante que je pouvais raconter.

Mon souhait professionnel de l'époque s'est quand même maintenu pendant quelques années. Et oui, il venait en fait de moi. Il est important d'avoir des objectifs, même si ces rêves d'enfants sont absurdes. Je suis un littéraire et certainement pas un homme de chiffres. En tant que directeur d'une entreprise commerciale, je ne serais pas du tout à ma place.

A l'université: étudier quoi? L'économie? Ou le droit? A mon époque, alors que le concept de «société médiatique» faisait justement le tour de la planète, il existait un autre sujet à la mode: le journalisme – exactement ce qu'il fallait à un jeune homme déstabilisé comme moi, qui voulait d'une part étudier quelque chose de «correct» et d'autre part suivre ses penchants. «Journalisme»: un métier synonyme de médias, d'avenir, de bonnes perspectives après l'université.

Ce fut un désastre. Des cours beaucoup trop théoriques, des amphithéâtres bondés, et surtout: je préférais de loin étudier l'histoire. Mais je n'osais pas, car je ne voulais pas passer pour un bon à rien. Pire encore, je me suis inscrit dans une autre matière «raisonnable», la politologie: encore plus de théorie, c'est à peine croyable. C'est ce qui m'a fait changer d'avis.

Puis, après un semestre de doute sur soi-même: enfin l'histoire! Et parce que les belles matières sont si belles: la littérature allemande moderne en second lieu. C'est ainsi que les études sont finalement devenues l'une des plus belles périodes de ma vie.

Le bénévolat: l'une des prochaines plus belles périodes de ma vie. Après un stage dans un journal local en 2002 et dans la rubrique locale de l'autre grand journal de la ville un an plus tard, j'avais enfin un pied dans un journal d’envergure internationale! Je m'imaginais déjà sur un pied d'égalité avec tous les journalistes chevronnés qui m'entouraient. J'étais l'un d'entre eux, j'ai assisté à toutes les réunions du matin et j'ai même pris la parole de temps en temps. Une brillante carrière semblait à ma portée.

Mais le désastre suivant s'est produit sans tarder. J'étais naïf, orgueilleux et bien trop suffisant en tant que bénévole. Et bien trop impressionné par les trois lettres qui représentent encore aujourd'hui le monde pour moi. Et c'est ainsi que ces quatre mois se sont achevés, sans que l'on puisse parler de début de carrière, et encore moins d'embauche.

A juste titre, je dois l'admettre, lorsque je compare le moi d'il y a 17 ans avec les jeunes affamés d'aujourd'hui qui, dans le cadre de leurs stages, bénévolats ou programmes de formation, donnent tout ce qu'ils ont pour réussir leur entrée dans la vie professionnelle. Il est important de rester humble, mais s'il vous plaît: foncez! Soyez courageux, diplômés et apprentis, et ne vous découragez pas. Montrez ce que vous savez faire!

Les années suivantes: se débrouiller. Écrire un article après l'autre en tant que pigiste, au début presque uniquement pour la rubrique tourisme. C'est beau, mais cela demande beaucoup de travail, car il faut d'abord visiter tous les hôtels, les plages et les spas des quatre coins du monde avant de pouvoir écrire sur le sujet. Pour les personnes qui n'aiment pas voyager comme moi, c'est une torture. D'autant plus que dans ce genre de mission, il faut toujours faire attention à ne pas être corrompu par les destinations qui invitent et leurs attachés de presse.

Mon pire voyage: une semaine de randonnée au Monténégro, avec un groupe de journalistes français. Une semaine entière! Avec des Français qui me faisaient comprendre avec délectation à quel point mon français était mauvais! De plus, j'avais un chagrin d'amour aigu. Comment écrire de jolis reportages dans un tel état?

J'ai quand même réussi. Le texte a été accepté. C'était mon premier vrai test en tant qu’écrivain.

Je n’ai pas laissé d'autres crises me détourner de mon principal objectif professionnel (écrire, écrire, écrire). Même si je chancelais dangereusement: quand je n'avais plus d'énergie et plus d'idées. Lorsque j'ai postulé en désespoir de cause pour un poste dans une entreprise de conseil et que je ne comprenais presque rien au langage d'entreprise lors de l'entretien d'embauche.

Quand j'ai pensé qu'il fallait tout recommencer: retourner à l'université, étudier quelque chose de «décent» – et puis enfin exercer un «vrai» travail, comme la plupart de mes amis qui étaient avocats ou banquiers.

Heureusement, je ne l'ai pas fait. J'ai continué à écrire. Et à un moment donné, j'ai quand même réussi à décrocher un poste. Quand je ne m'y attendais plus. Never say never. Mais c'est une autre histoire. Carrière, aspiration à la carrière – où cela mène-t-il l'homme? Le chemin mène souvent vers le haut, mais parfois aussi vers le bas – si l'on travaille trop, car on veut absolument monter. Et qu’à force de travailler, on ne se rend plus compte que l'on a perdu toute mesure depuis longtemps. Quand on sacrifie tout au travail, parce qu'on n'arrive plus à se démarquer et qu'on pense que la performance et la réussite professionnelle sont la seule source d'estime de soi.

Les hommes, en particulier, qui se muent régulièrement en bourreaux du travail, savent ce que cela fait. Ça va «bien» jusqu'à ce qu'on n'en puisse plus: plus d'essence dans le réservoir et pas de station-service à des kilomètres à la ronde.

Ne te plie pas à toutes les exigences!

Le responsable informatique d'une entreprise de taille moyenne qui se présente à son rendez-vous hebdomadaire chez Grass und Partner à Bâle un mardi de mai se trouve dans une situation différente. En janvier, cet homme de 53 ans a démissionné de son poste de direction. Il suit maintenant un «outplacement», comme on dit dans le jargon des managers. Giovanni Adornetto, le directeur bâlois de Grass, doit l'aider dans sa recherche d'emploi. La mesure est financée par l'employeur actuel de l'informaticien.

Pour lui, il n'était plus possible de continuer dans son ancien travail. La culture de l'entreprise ne lui convenait pas, explique ce père de deux enfants, qui avait auparavant travaillé pendant des années à l'étranger, notamment en Asie où il avait dirigé un site de 700 personnes. Qui a l'habitude d'assumer des responsabilités, de prendre des décisions et de les mettre en œuvre - ce qui n'était pas possible dans l'entreprise actuelle, dit-il.

Où se situe-t-il aujourd'hui ? Il a surmonté le choc de la séparation, rapporte notre interlocuteur. Le sentiment initial d'échec aussi. Au lieu de cela, il s'est concentré sur ses points forts: «j'ai dirigé des services et des entreprises pendant 20 ans. Après un certain temps, je voulais toujours faire quelque chose de nouveau. Je suis un généraliste, je réunis des professionnels qui ne parlent pas la même langue. Je ne veux pas être un spécialiste!»

Son «elevator pitch», c'est-à-dire la brève présentation de son propre profil, fonctionne désormais très bien. Il pourrait être encore un peu plus frais et concis, estime G. Adornetto.

Toutefois, le contenu du message est plus important que la forme: le client ne veut plus se plier à toutes les exigences, mais se présenter tel qu'il est. Il dit: «je veux un travail qui me fasse plaisir tous les jours – et pas un poste quelconque». Dans ce domaine, les choses ont évolué depuis qu'il a commencé à réfléchir à son avenir après son licenciement. Bientôt, il prendra ses dernières vacances. Il pourra alors se concentrer entièrement sur le réseautage. Il a déjà fixé les premiers rendez-vous avec plusieurs entreprises, comme convenu avec G. Adornetto. L'agenda semble bien rempli.

Reste authentique!

Faut-il toujours aller vers le haut si l'on veut faire carrière? Même les chasseurs de têtes remettent cela en question. Les hiérarchies plates dans de nombreuses entreprises rendent l'ascension difficile. Mais que signifie alors «carrière»?

Serge von Senger, partenaire chez Wilhelm Executive Search à Zurich, déclare: «une carrière, c'est une vocation. On ne peut être bon que si l'on a de la passion». On s'en rend compte lors des entretiens personnels avec les candidats. «Le caractère est-il adapté à notre client, aux personnes, à la culture de l'entreprise?» Il ne faut pas aborder la question de manière trop académique, estime S. von Senger. «Il faut comprendre la personne à laquelle on a affaire».

En d’autres termes, celui qui est sollicité à l'improviste par un chasseur de têtes doit – là aussi – rester authentique. Même si l'on est naturellement flatté. Pour autant qu'il s'agisse d'un prestataire sérieux, mandaté en exclusivité par son client et qui peut donc bien décrire l'offre d'emploi et l'entreprise qui se cache derrière. Qui se soucie vraiment de vous – avant que vous ne soyez testé en profondeur lors d'entretiens difficiles et éventuellement d'une évaluation.

Peut-être qu'un tel contact aidera à faire avancer les choses sur le plan professionnel. On est peut-être tout à fait satisfait, voire heureux, sans devoir repousser les avances d'autres entreprises.

Le mot «carrière» vient d'ailleurs du latin. On peut le rapporter à la fois à «cursus» (carrière) et à «carrus», c'est-à-dire une charrette qui roule – que ce soit vers le haut ou tout droit.

Robin Schwarzenbach, «Neue Zürcher Zeitung» (09.06.2022)

Sustainable Switzerland traduit et publie ici des contenus exclusifs et compilés issus des médias de la NZZ. Découvrir les abonnements à la NZZ.

Cet article traite des SDG suivants

Les Objectifs de développement durable (ODD) sont 17 objectifs mondiaux de développement durable convenus par les États membres de l'ONU dans l'Agenda 2030. Ils couvrent des thèmes tels que la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire, la santé, l'éducation, l'égalité des sexes, l'eau propre, les énergies renouvelables, la croissance économique durable, les infrastructures, la protection du climat et la protection des océans et de la biodiversité.

3 - Accès à la santé

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Heureux ou riche – qu'est-ce qui aide le plus l'environnement?
Égalité des chances

Heureux ou riche – qu'est-ce qui aide le plus l'environnement?

Nina aime les enfants et veut quand même faire carrière – est-ce possible?
Gouvernance

Nina aime les enfants et veut quand même faire carrière – est-ce possible?

Marché, monde et durabilité expliqués par Hanna Cash
Éducation

Marché, monde et durabilité expliqués par Hanna Cash

Articles similaires

Les notes à l'école
Management

Ce que les résultats scolaires révèlent sur la réussite professionnelle future

Foto: PD
Reporting

Classements de durabilité pour les PME

Photo: Olivier Messerli
Santé

La résilience: une compétence clé aujourd’hui et demain