Logo image
Les notes à l'école

Photo: Simon Tanner

Économie Société

Ce que les résultats scolaires révèlent sur la réussite professionnelle future

Cet été, Swisscom a fait parler d'elle: il n'est plus nécessaire de présenter un bulletin scolaire pour postuler à une place d’apprentissage en Suisse alémanique.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Ce que les résultats scolaires révèlent sur la réussite professionnelle future

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

6 Min.  •   • 

Les notes à l'école constituent un sujet émotionnel. Pas seulement pour les élèves et les parents, mais aussi pour la politique. En juillet, Swisscom a fourni un nouveau sujet de discussion pour le débat sur les notes. Le groupe a annoncé une nouvelle surprenante: «les personnes qui postulent pour une place d'apprentissage chez Swisscom ne doivent plus fournir de certificat scolaire». Même le dossier de candidature n'est plus exigé. Au lieu de cela, tous les candidats doivent d'abord répondre à des questions dans un outil vidéo. Ce n'est que sur la base de ces réponses que les candidats sélectionnés sont ensuite invités à un événement d'entreprise pour la phase de sélection suivante. Le système doit, dans un premier temps, servir de test pour toutes les places d'apprentissage en Suisse alémanique.

Contrairement à certaines entreprises commerciales, Swisscom n'a en principe pas souffert d'un manque de candidats: ces dernières années, l'entreprise a reçu environ 8 000 candidatures pour 250 places d'apprentissage. Néanmoins, Swisscom souligne: «nous ne voulons pas que des talents nous filent entre les doigts». L'entreprise met en doute la pertinence des notes à l’école et des dossiers de candidature écrits. La comparaison des résultats scolaires n'est souvent pas possible et il en va de même pour les dossiers de candidature en raison des différences dans le degré d'assistance des parents.

Un cas particulier ?

Le fait que les notes ne reflètent pas tout, loin s'en faut, n'est plus guère contesté depuis longtemps. Mais de là à renoncer complètement aux notes comme critère de sélection, il y a un grand pas. Ainsi, on pourrait tirer la conclusion suivante de l'annonce de Swisscom: du point de vue de l'entreprise, l'école obligatoire ne transmet pas (ou plus) une structure de base pertinente pour la vie professionnelle – ou du moins l'école n'est pas capable de mesurer dans quelle mesure cette structure de base pertinente est présente.

Mais Swisscom ne veut pas que son projet soit considéré comme une critique de l'école publique. Ce qui est déterminant pour la décision, c'est plutôt la «situation particulière» de l'entreprise. Outre le nombre élevé de candidats, Swisscom fait référence à son modèle de formation «dans lequel les apprentis cherchent et composent eux-mêmes leurs missions sur un marché de projets interne», ce qui exige beaucoup d'initiative de la part des personnes concernées.

Le modèle de formation de Swisscom et ses chances de développement reçoivent beaucoup d'éloges de la part de la chercheuse en éducation Ursula Renold de l'EPF de Zurich. D'une manière générale, selon U. Renold, les qualités «souples» des collaborateurs, telles que la capacité à résoudre des problèmes, l'initiative personnelle, les compétences sociales et la persévérance, ont gagné en importance pour les employeurs. La question est de savoir dans quelle mesure les résultats scolaires donnent des indications sur de telles compétences.

Selon ses propres indications, Swisscom n'a pas effectué d'analyses statistiques sur le lien entre les notes obtenues à l'école obligatoire et les performances professionnelles ultérieures de ses apprentis. Or, des enquêtes menées par le passé auprès d'employeurs et de conseillers d'orientation professionnelle ont souvent montré qu’il existait des doutes considérables quant à la pertinence des notes. Une critique de base: la sévérité de la notation n'est pas la même dans toutes les écoles et, au sein des écoles, il existe également des différences entre les enseignants. De plus, les notes ne couvrent que très partiellement, voire pas du tout, certains facteurs importants dans la vie professionnelle, comme les compétences sociales, l'initiative personnelle et la créativité. De plus, selon les sceptiques, les notes reflètent les performances scolaires à un âge souvent difficile, entre 13 et 15 ans, et ne disent pas grand-chose sur le potentiel des personnes concernées dans leur vie professionnelle future.

Il n'est toutefois pas certain que l'on doive totalement ignorer les notes sur cette base. Ainsi, les notes pourraient donner certaines indications sur les compétences professionnelles pertinentes, comme par exemple l'assiduité, la persévérance et la pensée analytique. Par ailleurs, les notes obtenues à l'école obligatoire peuvent avoir une valeur informative sur les performances à l'école professionnelle et donc sur la réussite de l'apprentissage. Et si l'on fait la moyenne des notes de plusieurs matières et de plusieurs professeurs, il se peut que les différences entre les professeurs s'estompent un peu. Les notes donnent en outre aux élèves «un feedback rapide et en temps réel et peuvent ainsi avoir un effet positif sur la motivation à apprendre», explique Stefan Wolter, directeur du Centre suisse de coordination pour la recherche en éducation à Aarau. Et si l'on renonçait aux notes comme critère de sélection, il faudrait d'abord trouver une meilleure alternative.

En fin de compte, le lien entre les notes obtenues à l'école obligatoire et la réussite ultérieure dans l'apprentissage professionnel ne peut être clarifié que sur la base d'études menées dans la pratique. «Il n'existe guère de nouvelles études représentatives à ce sujet pour la Suisse», explique Stefan Wolter. En 2010, le travail de master de Michael Siegenthaler, qui travaille aujourd'hui comme expert du marché du travail au Centre de recherches conjoncturelles de l'EPFZ, a fourni un aperçu de la littérature transfrontalière plus ancienne. L'image est en dents de scie. Ainsi, la recherche comprend une large critique de l'attribution des notes ainsi que des résultats sur le «haut» contenu prédictif des résultats scolaires en ce qui concerne la réussite de la formation et du marché du travail.

Dans sa propre étude sur 300 apprentis Migros, M. Siegenthaler est arrivé à la conclusion que les notes obtenues à l'école obligatoire avaient un certain pouvoir prédictif sur l'apprentissage (mesuré par les notes obtenues à l'école professionnelle, le taux d'abandon de l'apprentissage et les absences non justifiées à l'école professionnelle). Le test d'aptitude Multicheck utilisé par certaines entreprises à des fins de standardisation ne présentait plus de valeur prévisionnelle supplémentaire après la prise en compte des notes de l'école primaire. L'étude ne permet toutefois pas de tirer une synthèse concluante.

Ce que font les entreprises

D'après les enquêtes et les questions ciblées posées aux représentants, les employeurs nourrissent parfois une approche très différente des notes dans la sélection des apprentis. Voici quelques tendances. Premièrement: dans les grandes entreprises avec de nombreux candidats et des places d'apprentissage relativement exigeantes, les mauvaises notes sont souvent l'un des premiers critères d'exclusion afin de limiter les efforts de sélection. Deuxièmement: les petites entreprises qui n'ont que quelques places d'apprentissage et peu de candidats regardent également les candidats avec des certificats moins bons et misent souvent avant tout sur les stages d'initiation. Mais les PME ne veulent pas non plus d'apprentis ayant de très mauvaises notes à l'école, car cela augmente le risque de problèmes à l'école professionnelle et donc le risque d'abandon de l'apprentissage.

Troisièmement: certaines entreprises utilisent des tests d'aptitude standardisés externes, tels que Multicheck, en complément des certificats scolaires. Selon une enquête menée par l'Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle auprès de quelque 5 700 entreprises pour l'année d'apprentissage 2016/17, 38% de toutes les entreprises ont utilisé des tests d'aptitude externes et plus de la moitié utilisent des tests d'aptitude externes et/ou propres. Pour les grandes entreprises, ces taux sont encore nettement plus élevés. Quatrièmement: les employeurs espèrent que les profils d'exigences scolaires établis en collaboration avec les autorités pour les différentes professions donneront à l'avenir aux écoles primaires des garde-fous pour endiguer la diversité dans la rigueur des notes. Et cinquièmement: les employeurs n'appellent pas à l'abolition des notes.

Hansueli Schöchli, «Neue Zürcher Zeitung» (09.08.2022)

Sustainable Switzerland traduit et publie ici des contenus exclusifs et compilés issus des médias de la NZZ. Découvrir les abonnements à la NZZ.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Photo: Martijn Baudoin / Unsplash
Égalité des chances

Etre raisonnablement optimiste dans un monde catastrophé

L'homme veut travailler, progresser, faire carrière – pourquoi au fond?
Éducation

L'homme veut travailler, progresser, faire carrière – pourquoi au fond?

L'intelligence artificielle mène-t-elle à une plus grande durabilité – ou est-elle plutôt nuisible?

L'intelligence artificielle mène-t-elle à une plus grande durabilité – ou est-elle plutôt nuisible?

Articles similaires

Nombre d’entreprises sont à la traîne en matière de durabilité. La réglementation exige une gestion étendue et des rapports transparents. PHOTO: PEXELS
Management

Gestion durable: le nouveau «Code suisse» aide aussi les PME

Aide aux enfants et aux jeunes touchés par la crise
Égalité des chances

Aide aux enfants et aux jeunes touchés par la crise

Transparence des salaires: comment promouvoir l'engagement et l'équité
Management

Transparence des salaires: comment promouvoir l'engagement et l'équité