Logo image

Production et consommation: Économie circulaire

Respecter le climat, de A à Z

Le développement durable implique de découpler la croissance économique de la consommation de ressources. Pour ce faire, il faut fermer les cycles des matériaux et des produits.

En bref

  • La population et la richesse augmentent.
  • Nous consommons beaucoup de ressources.
  • Nous générons de grandes quantités de déchets.

La population suisse ne cesse de croître. Elle a doublé depuis 1900. Fin 2021, la population résidente permanente était de 8,7 millions de personnes. Mais il n’y a pas que la population qui augmente, la richesse aussi. Les revenus des ménages ont augmenté d'un quart depuis 1995. L'augmentation de la richesse s'accompagne également d'une augmentation de la consommation. Ainsi, les dépenses de consommation augmentent plus vite que la population. La forte consommation suisse a un impact sur l'environnement, tant en Suisse qu'à l'étranger. Aujourd'hui, la plupart des processus sont encore linéaires. Autrement dit, la consommation entraîne l’utilisation des ressources et le gaspillage.

En Suisse, les déchets ménagers ne cessent de croître, dans l’ensemble et par habitant. Le volume par habitant est passé de 659 kg en 2000 à 709 kg en 2020. Du côté positif, la part du recyclage augmente également. 52 % des déchets ménagers ont été triés et recyclés en 2021, contre 29 % en 1990. Le reste a été incinéré dans des usines d'incinération des déchets. La chaleur qui en résulte a été utilisée pour le chauffage urbain ou la production d'électricité. En Suisse, aucun déchet ménager n’a été mis en décharge depuis 2005. Ils sont donc presque entièrement recyclés ou utilisés pour produire de l’énergie. Seules les scories sont mises en décharge après séparation des matériaux recyclables.

Toutefois, le recyclage des matériaux et leur utilisation pour produire de l’énergie sont la dernière des priorités dans le cadre de l'économie circulaire. Ils n’entrent en jeu que lorsque la durée de vie du produit ne peut plus être prolongée par la réutilisation, la réparation ou autre. L'économie circulaire, elle, intervient beaucoup plus tôt, avec la réduction volontaire et l’écoconception des produits.

Les défis à relever

  • 2,8 millions de tonnes de déchets alimentaires évitables
  • 74 millions de tonnes de déchets de construction

En Suisse, le domaine de l'agriculture et de l’alimentation et celui de la construction et du logement sont ceux où il est le plus urgent d'agir pour utiliser plus efficacement les ressources et fermer les circuits.

L’alimentation est le secteur de l’économie et de la consommation qui a le plus d'impact sur l'environnement. C’est elle qui pèse le plus sur l'environnement et elle aussi qui présente le plus grand potentiel d'amélioration. Il existe un grand potentiel de réduction de la consommation de produits animaux, car leur production est généralement plus gourmande en ressources que celle des produits végétaux. Il faut aussi agir au niveau des déchets alimentaires. Chaque année, 2,8 millions de tonnes de déchets alimentaires évitables sont générés en Suisse tout au long de la chaîne de valeur. Les solutions pour réduire les déchets alimentaires sont diverses : promouvoir les canaux de vente de fruits et légumes non standardisés, utiliser les sous-produits dans l'industrie alimentaire ou sensibiliser la population.

Production de déchets en Suisse et dans l'UE

Source: Swiss Recycling, EUSTAT

Outre la nutrition, un autre secteur où il est absolument nécessaire d'agir est la construction. Par rapport à d'autres secteurs tels que la mobilité ou la production, le secteur suisse de la construction est celui qui consomme le plus de matières premières. Quelque 62 millions de tonnes de matériaux sont utilisées chaque année. Dans le même temps, le secteur de la construction est celui qui produit le plus de déchets, environ 74 millions de tonnes par an. Il existe également des solutions pour utiliser efficacement les matières premières et réduire les déchets dans le domaine de la construction: rénovation énergétique pour diminuer la consommation d’énergie, réutilisation de composants démontés ou utilisation de matériaux de construction écologiques, c'est-à-dire recyclés ou renouvelables.

C’est un fait: nous consommons plus que la Terre ne produit.

13 mai

est le jour du dépassement de la Suisse (en 2022).

Le jour du dépassement d’un pays marque le jour de l'année où un pays a consommé toutes les matières premières que la Terre peut naturellement régénérer en une année entière.

Un extrait de la comparaison mondiale: - Qatar: 10 février - États-unis: 13 mars - Allemagne: 4 mai
- Jamaïque: 20 décembre - Jour du dépassement de la Terre: 28 juillet

Source: Overshootday.org

Un moyen parlant pour illustrer comment un pays utilise les ressources est son jour du dépassement. Le jour du dépassement de la Terre (Earth Overshoot Day en anglais) est le jour de l'année où l'humanité a consommé toutes les ressources naturelles que la Terre peut fournir en un an. Cette même approche peut être appliquée à chaque pays.

Le potentiel de changement

  • Augmenter la sensibilisation
  • Modèles économiques circulaires et produits circulaires
  • Réduction des obstacles réglementaires

Il reste encore beaucoup à faire pour que l'économie suisse devienne une économie circulaire et que la société suisse agisse efficacement sur la préservation des ressources. Mais le potentiel pour permettre ce changement de mentalité indispensable au développement durable existe bel et bien.

La population suisse est très consciente de l'importance d'une consommation durable et de la nécessité de trier et de recycler correctement les déchets.

La sensibilisation du public et, en particulier, les exigences des consommatrices et consommateurs éclairés quant à une économie plus circulaire mettent de plus en plus de pression sur les entreprises. Pour la Suisse, pays le plus innovant au monde, c'est une opportunité. Des modèles économiques circulaires (loyers, leasing, etc.) et des produits circulaires écoconçus peuvent permettre aux entreprises suisses de se démarquer de la concurrence.

Dans le même temps, le cadre réglementaire doit être adapté aux nouveaux concepts de l'économie circulaire et des incitations doivent être mises en place pour rendre intéressant de préserver les ressources. L'initiative parlementaire «Développer l'économie circulaire en Suisse» appelle à supprimer les obstacles réglementaires et administratifs et à renforcer les accords de branches et les mesures volontaires prises par les entreprises.

Plus d'information

Office fédéral de l'environnement OFEV: Matières premières, déchets et économie circulaire : en bref

Office fédéral de l'environnement OFEV: Plus d'informations sur l'économie circulaire

Office fédéral de l'environnement OFEV: Pour une levée des obstacles à l'utilisation efficace des ressources et à la mise en place d'une économie circulaire – Étude commandée par l'Office fédéral de l'environnement OFEV

Article sur Économie circulaire

Les entreprises qui fabriquent des vêtements d'extérieur utilisent depuis longtemps les PFAS, des «polluants éternels », pour rendre leurs produits imperméables. Elles n'ont que récemment commencé à réfléchir à la manière de se passer des PFAS.
Économie circulaire

Il faut tordre le cou à l’idée que les ‘polluants éternels’ sont indispensables

Photo: Chocolat Stella SA
Économie circulaire

Petit à petit, en route vers la durabilité

Un tas de bouteilles PET
Économie circulaire

Le plastique envahit la Suisse et le recyclage ne résoudra pas tout