Logo image
Image: Swisscom

Des solutions intelligentes pour réduire sensiblement les besoins en énergie des bâtiments. Image: Swisscom

Climat et énergie Contenu du partenaire: Swisscom

Plus de données pour moins d’émissions

Les capteurs, les données et les technologies de l’information ouvrent de nouvelles voies pour l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments. Swisscom aide ses clients à choisir et à intégrer des outils basés sur les données. Il s’agit d’atteindre l’objectif zéro émission nette avec un bilan climatique propre et des solutions intelligentes.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Plus de données pour moins d’émissions

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

6 Min.  •   • 

Pour le public, la mobilité joue sans surprise un rôle central dans la réduction des émissions de CO2. Toutefois, l’objectif zéro émission nette d’ici 2050 passe également par l’activation d’autres leviers non moins importants – notamment dans l’industrie du bâtiment. En Suisse, ce secteur est responsable d’un tiers des émissions de CO2 et de 40% de la consommation d’énergie. Par ailleurs, plus d’un million de maisons dans notre pays sont peu, voire pas isolées, et doivent par conséquent être rénovées d’urgence. Deux tiers des bâtiments sont encore chauffés aux énergies fossiles ou conventionnelles. En bref, il convient d’agir sans plus attendre.

Bilan carbone dès 2024

Dans toute la Suisse, les entreprises qui emploient plus de 500 personnes devront certifier leur empreinte climatique sur la base de données dès 2024 – y compris les émissions de leurs sous-traitants. «Le sujet a pris une grande ampleur au cours des deux dernières années», explique Res Witschi, délégué à la numérisation durable chez Swisscom. Les enquêtes attestent que de plus en plus d’entreprises mesurent leur empreinte carbone sur la base de données et poursuivent des objectifs climatiques concrets.

Selon l’étude de Swiss-IT, plus d’un tiers des entreprises interrogées utilisent des modèles de calcul pour évaluer leur empreinte écologique, contre seulement 13% l’année précédente – une tendance à la hausse. Swisscom elle-même est considérée comme l’entreprise de télécoms la plus durable au monde, du fait de son engagement en faveur de l’environnement depuis de nombreuses décennies. Le groupe souhaite atteindre la neutralité carbone sur l’ensemble de sa chaîne de création de valeur d’ici 2025 et économiser un million de tonnes de CO2 par an, avec ses clients. Il s’agit non seulement de prendre ses propres responsabilités, mais aussi, en tant que leader technologique, de développer et de proposer des services et des produits qui permettent aux grands groupes ainsi qu’aux PME d’exercer leurs activités de manière plus durable, explique Res Witschi. Une fois de plus, le mot d’ordre est «bilan climatique».

Rendre visible l’invisible

Les données jouent un rôle crucial dans l’infrastructure des bâtiments, notamment en termes d’efficacité, d’utilisation et d’automatisation. «Les données créent de la transparence. Elles visibilisent des aspects auparavant difficiles à identifier», explique M. Witschi. «Les données fournissent aux entreprises les bases de solutions intelligentes.»

La réduction des émissions dans le secteur du bâtiment passe par un faisceau de solutions. Il s’agit notamment d’améliorer l’efficacité énergétique, d’utiliser des sources d’énergie à faible émission de carbone et de promouvoir des pratiques respectueuses de l’environnement. Les bâtiments neufs pèsent considérablement dans le bilan écologique. Ainsi, les phases de construction et d’installation représentent à elles seules plus de la moitié des émissions de CO2 sur l’ensemble du cycle de vie de 50 ans.

La rénovation d’un bâtiment ancien s’avère souvent plus durable qu’une construction neuve. Qui plus est, une entreprise dotée des outils adéquats peut améliorer son efficacité énergétique et réduire l’empreinte écologique des constructions existantes. Ainsi, une analyse de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) datant de 2022 montre que le secteur immobilier suisse pourrait réduire sa consommation électrique de 25 à 40% par la simple mise en œuvre de mesures techniques. Comme les analyses basées sur les données se fondent sur des faits et non des estimations et des sondages, elles sont beaucoup plus précises dans la pratique que des estimations sous forme de tableaux Excel. Elles offrent des bases fiables pour des objectifs et des mesures quantifiables.

«Le parc immobilier suisse peut réduire sa consommation électrique de 25 à 40%.»

Interactions positives

Swisscom s’engage activement à explorer de nouvelles pistes technologiques qui permettent notamment de construire dans le respect de l’environnement. Chaque année, l’«IoT Climate Award» récompense les innovations numériques. Ces dernières années ont également vu l’émergence de plusieurs partenariats avec des startup et des entreprises innovantes dans le domaine des technologies de l’information et de l’infrastructure des bâtiments. Ces partenariats se nouent sur la base d’un transfert mutuel de savoirfaire: Swisscom utilise les compétences de ses partenaires pour améliorer l’efficacité énergétique de ses propres bâtiments. En retour, ces derniers bénéficient des technologies de communication et d’information ultramodernes de Swisscom.

Des coopérations de ce type ont été mises en place avec Viboo, une spin-off de l’Empa, et la société fribourgeoise Ecco2 Solutions SA. Ces deux entreprises développent des outils numériques pour optimiser les besoins en chauffage des bâtiments. Ces offres reposent sur l’intelligence artificielle et l’Internet des objets (IoT) et devraient permettre de réaliser des économies de 20 à 30% sur la consommation d’énergie.

La solution IoT Ecco2 Building Intelligence est utilisée aujourd’hui dans plus de 700 bâtiments. Outre la température extérieure, elle mesure également la température, l’humidité et la concentration en CO2 à l’intérieur toutes les 15 minutes, ainsi que la consommation d’énergie en temps réel. «Sans mesure à l’intérieur, la commande du chauffage s’apparente à de la navigation à vue», explique Antoine Eddé, président du conseil d’administration et Product Strategist chez Ecco2 Solutions. «Notre système anticipe les températures intérieures et extérieures des bâtiments, de sorte que le chauffage est réduit en amont en cas d’augmentation soudaine de la température, par exemple en raison du rayonnement direct du soleil.»

Les données sont collectées à l’aide de capteurs à longue portée (LoRa) qui sont placés à des emplacements stratégiques de tous les bâtiments. L’algorithme analyse et optimise les besoins en chauffage. «L’intelligence artificielle prend en compte le climat d’aujourd’hui pour améliorer celui de demain», note Antoine Eddé.

Viboo crée un jumeau numérique pour chaque pièce. Grâce à des algorithmes «prédictifs», les thermostats réels sont commandés pour ajuster le confort et l’efficacité énergétique de manière optimale dans chaque pièce. Viboo se concentre sur les algorithmes et la programmation du logiciel. Les thermostats sont fabriqués par des leaders du marché.

Agir de manière durable

Des mesures simples pour améliorer l’efficacité énergétique

L’approche technologique permet et soutient des mesures concrètes destinées à être mises en œuvre au quotidien. Les bâtiments offrent une multitude de «vis de réglage» susceptibles de réduire la consommation électrique et les dépenses énergétiques, depuis la salle de bain jusqu’au garage souterrain.

Voici quelques exemples: „ Isolation du toit, des murs extérieurs, du plafond de la cave „ Système de chauffage moderne „ Fenêtres de haute qualité „ Installation photovoltaïque „ Infrastructure de mobilité électrique „ Commandes intelligentes „ Planification globale „ Prise en compte des certifications des bâtiments

Partager les données

Res Witschi, délégué à la numérisation durable chez Swisscom, insiste sur l’utilité d’innovations telles que Viboo et Ecco2 Building Intelligence, notamment pour les entreprises. Les outils d’analyse basés sur les données peuvent non seulement servir d’alternative aux rénovations, mais également les compléter de manière optimale.

Au-delà de l’exploration de nouvelles voies, il s’agit de considérer les données comme des parties d’un tout et non des valeurs isolées. «Le véritable potentiel réside clairement dans les écosystèmes qui réunissent les données et le savoir-faire des différents partenaires dans un même réseau», insiste M. Witschi. En ce sens, Swisscom travaille actuellement à la mise en œuvre d’une offre de solutions de développement durable basées sur les données pour ses clients commerciaux.

Image: Swisscom

Res Witschi Délégué à la numérisation durable chez Swisscom

Vérification de la maturité d’une entreprise: vers un bilan climatique

Les entreprises ont parfois du mal à établir un bilan climatique et à prendre des mesures concrètes pour réduire leur empreinte. À cet égard, Swisscom a développé un outil de contrôle de la maturité qui permet, en quelques clics, d’effectuer un bilan de base de l’entreprise et d’identifier les étapes suivantes de l’amélioration. Plus d’informations par code.

lus d'information

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire Partner.

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Cinq startups suisses honorés pour leur engagement en faveur de la protection du climat
Management

Cinq startups suisses honorés pour leur engagement en faveur de la protection du climat

Des données pour protéger le climat
Management

Des données pour protéger le climat

Photo: Swisscom

«L’IT aide les entreprises à réduire le CO2»

Articles similaires

5 leviers pour des PME plus durables
Management

5 leviers pour des PME plus durables

Cerveau avec motifs géométriques
Économie circulaire

L'intelligence artificielle dans le développement durable: des notions à connaître

Photo: PD
Économie circulaire

Des bâtiments intelligents pour atteindre les objectifs climatiques