Logo image
Nina aime les enfants et veut quand même faire carrière – est-ce possible?

Photo: Ketut Subiyanto

Société Économie

Nina aime les enfants et veut quand même faire carrière – est-ce possible?

La jeune femme de 29 ans est tiraillée, comme beaucoup de jeunes femmes en Suisse. En revanche, l'exemple d'une jeune mère montre que les deux sont possibles.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Nina aime les enfants et veut quand même faire carrière – est-ce possible?

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

9 Min.  •   • 

Depuis que les premières amies de Nina, 29 ans, ont commencé à envoyer des photos de bébés et à parler de couches, de nombreuses questions se bousculent dans sa tête. Nina aime beaucoup les enfants, et avec son petit ami, avec qui elle vit depuis neuf ans, elle aimerait qu’ils vieillissent ensemble. Mais elle aime aussi son métier à la bibliothèque.

Elle se demande: qui préparerait le déjeuner? Qui resterait à la maison si l'enfant était malade? Mon partenaire peut-il travailler à temps partiel? Est-ce que je conserverai mon poste de chef d'équipe si je deviens mère?

«On a beau vivre en couple sur un pied d'égalité et gagner autant, au bout du compte, c'est toujours la même chose: tu es la maman, tu es la responsable», dit Nina, dont le nom a été changé. Elle et une douzaine d'autres jeunes femmes qui ont fait part de leurs doutes à la NZZ sont unies par un sentiment similaire: si elles décident d'avoir des enfants, tout leur incombera en fin de compte – et leur carrière professionnelle en souffrira.

Elles ne sont pas les seules. 70% des femmes en Suisse craignent que la naissance d'un enfant ait un impact négatif sur leurs perspectives professionnelles. C'est ce que montre une étude à grande échelle menée par l'Office fédéral de la statistique en 2019. Plus les femmes sont diplômées, plus elles expriment cette préoccupation. Nina, qui a étudié la philologie allemande et la philosophie, dit qu'elle a consacré beaucoup de temps et d'énergie à ses études et qu'il est hors de question qu'elle se contente de rester à la maison avec un enfant.

Trouver le bon partenaire

Rabea Huber, 37 ans, partageait également ces doutes il y a plusieurs années. Elle a accepté un poste de direction dans une maison d'édition à l'aube de ses trente ans et a continué à se former parallèlement à son travail. A trente ans, elle s'inquiétait. Elle se demandait: «est-ce que je trouverai un partenaire qui comprendra que le travail a une telle importance pour moi?»

Aujourd'hui, son fils, âgé de deux ans et demi, joue avec son train en bois dans le salon d'un village de Suisse orientale. Le mercredi est la «journée des mamans», le reste de la semaine, R. Huber dirige l'antenne régionale de Suisse orientale de Pro Juventute. Son mari travaille lui aussi à 80% comme chef de projet dans une entreprise industrielle. Elle en est maintenant convaincue: «il est possible de continuer à faire carrière en tant que mère. Mais il faut avoir un plan mûrement réfléchi dès le départ». Et pour le reste, beaucoup de choses doivent s’adapter: elle dit que rien ne serait possible sans les grands-parents, la crèche, la femme de ménage, des employeurs flexibles, deux bons salaires, une grande volonté – et surtout le bon partenaire.

Après quelques rendez-vous seulement, elle a dit à son futur mari: «si tu cherches une femme qui reste à la maison, je ne suis pas la bonne personne pour toi». Ses collègues, à qui elle a raconté l'anecdote après la rencontre, ont ri et estimé: «c'est typiquement Rabea». R. Huber, en revanche, estime que le choix du partenaire est l'une des choses les plus importantes pour les femmes qui veulent concilier famille et travail.

Égalité – jusqu'à l'arrivée de l'enfant

De nombreux couples vivent sur un pied d'égalité jusqu'à l'arrivée du premier enfant. C'est alors que s'installe ce que les chercheurs appellent la «retraditionalisation»: la femme réduit son temps de travail ou reste complètement à la maison, tandis que l'homme continue à travailler comme avant. En Suisse, quatre mères sur cinq travaillent à temps partiel, contre seulement un sur huit pour les pères.

Dans son livre «Die Erschöpfung der Frauen» (L'épuisement des femmes), la chercheuse en genre et féministe Franziska Schutzbach écrit que la carrière des hommes, en tant que constante bien établie, n'est pas vraiment remise en question, ni par les hommes ni par les femmes. En revanche, il est considéré comme évident que la carrière professionnelle des mères soit interrompue.

Nina observe à la bibliothèque comment les femmes avec enfants occupent souvent des postes avec des tâches moins importantes et moins urgentes. «On vous le fait comprendre inconsciemment: tu as voulu des enfants, vis aussi avec des concessions professionnelles».

Rabea Huber a également constaté que les couples adoptent une répartition traditionnelle des rôles en tant que parents – chez ses amies. Chaque couple a des raisons différentes d'établir les modalités qui leur conviennent le mieux. Parfois, l'homme gagne mieux sa vie, son entreprise n'encourage pas le travail à temps partiel, la place en crèche est trop chère – et certaines mères préfèrent rester avec leurs enfants. R. Huber essaie d'être compréhensive face à de telles décisions, même si c'est clair dans sa tête: «de mon point de vue, l'autonomie est aussi fortement liée à l'indépendance».

R. Huber a appris dès son plus jeune âge que les femmes pouvaient être indépendantes et autonomes. Sa mère l'a élevée seule, a travaillé, s'est occupée du ménage et a emmené Rabea, sept ans, à la grève des femmes de 1991. Sa nounou, qui vivait avec eux dans leur maison en Suisse orientale, lui a raconté comment elle était venue seule d'Italie en Suisse dans ses jeunes années et comment elle avait réussi à s'en sortir en travaillant comme ouvrière immigrée dans des usines de textile. «J'ai toujours été impressionnée par la façon dont elle gérait sa vie. Cela m'a marquée», dit R. Huber.

La femme doit-elle toujours être disponible?

Lors d'un entretien d'embauche au début de la trentaine, elle a répondu directement à la question sur son statut marital: «peut-être que j'aurai des enfants dans les années à venir, mais je suis convaincue de pouvoir rester à 80% dans ce poste de direction, même en tant que mère». Elle a obtenu le poste. Deux ans plus tard, son fils est né, un mardi. Jusqu'au vendredi précédent, elle travaillait encore.

Pendant sa grossesse, elle a souvent été confrontée à des clichés. Elle s'est entendu dire qu'elle finirait par développer des sentiments maternels et qu'elle souhaiterait alors rester davantage à la maison. Ce qui l'a énervée: son mari a été félicité pour avoir prévu de rester un jour par semaine auprès de l'enfant. Elle, en revanche, a dû se justifier.

De telles attentes sociales inquiètent Nina lorsqu'elle pense à devenir un jour une mère qui travaille: «on lui dira alors: pourquoi as-tu des enfants si tu les donnes toujours aux autres?»

Franziska Schutzbach écrit que l'amour maternel est idéalisé comme source de soins et conçu comme inconditionnel. Il contient donc un concept de temps qui suggère une disponibilité permanente. Parallèlement, la garde d'enfants n'est pas reconnue comme un «vrai» travail. Rabea Huber a trouvé un moyen de répondre aux questions stéréotypées. Elle a répondu par exemple: «peut-être que mon mari aussi a des sentiments paternels aussi forts et qu'il restera à la maison?» Parfois, les gens levaient les yeux au ciel quand elle disait ça.

Le fait qu'elle ne s'occupe pas elle-même de son fils quatre jours par semaine ne lui pose pas de problème. «C'est une des choses les plus agréables quand je vais le chercher à la crèche, qu'il joue à cache-cache avec l'éducateur et d'autres enfants et que j'entends son rire de loin». Elle n'a pas besoin de pouvoir tout lui offrir elle-même.

L'art de la planification

Pour R. Huber, une chose est claire: plus une femme a un plan concret avant même d'être enceinte, moins elle se laisse déstabiliser par son entourage.

Avant même d'être enceinte, elle s'est renseignée auprès des futurs grands-parents pour savoir s'ils pouvaient envisager de s'occuper d'un enfant. Son mari a passé la nuit avec elle à l'hôpital, a changé son fils, a pris une semaine de congés supplémentaire après la naissance, en plus des deux semaines de congé paternité. R. Huber dit qu'au début, la mère ne peut rien faire de mieux que le père, que tout est aussi nouveau pour elle. Mais elle apprend plus vite, car elle passe beaucoup plus de temps avec l'enfant grâce au congé de maternité. Cette avance constituerait un désavantage, car elle serait alors considérée comme responsable.

Pour y remédier, R. Huber et son mari se relaient systématiquement, par exemple lorsque l'enfant doit aller chez le médecin. Si quelqu'un doit rester à la maison avec son fils malade, les deux négocient pour savoir qui a les rendez-vous les plus importants au travail ce jour-là et à quel moment.

Ils essaient également de répartir le ménage de manière égale. Ici, R. Huber fait attention à ce que l'on appelle la «charge mentale»: il s'agit d'une liste qui tourne en boucle dans la tête de nombreuses femmes et qui leur permet de gérer le quotidien de la famille. Franziska Schutzbach écrit que les femmes ont une vue d'ensemble des rendez-vous médicaux, des anniversaires et des vêtements d'hiver appropriés, qu'elles voient les torchons de cuisine sales, les plantes, le tube de moutarde vide. Beaucoup de femmes ne sont pas conscientes qu'en plus des tâches ménagères physiques, elles effectuent en permanence un travail mental et émotionnel.

Même lorsque les couples semblent se partager le travail, la femme a souvent – selon F. Schutzbach – déjà effectué un travail préparatoire: lorsque le père amène l'enfant au lieu de rendez-vous d'une excursion, la mère a vérifié auparavant s'il fallait des bottes en caoutchouc, a annulé l'inscription de l'enfant au cours de natation, a réservé un sandwich, a organisé le voyage retour. Ces micro-étapes invisibles contribueraient à l'épuisement des femmes, écrit F. Schutzbach.

Nina parle parfois avec son partenaire de la «charge mentale», de toutes ces questions dans sa tête, même si elle trouve cela difficile: «comment l'expliquer à quelqu'un sans que cela sonne constamment comme un reproche?» Rabea Huber et son mari s'assoient parfois et listent sur une feuille de papier qui fait quoi et qui pense à quoi. «Notre répartition fonctionne – mais c'est épuisant de tout concilier», dit-elle.

R. Huber estime qu'il faudrait plus de cantines, une prise en charge abordable et des structures sociales adaptées aux parents qui travaillent. C'est pourquoi elle a mis en place chez Pro Juventute une offre qui propose aux parents de bébés et de jeunes enfants des conseils par téléphone et par chat, même le soir en dehors des heures de bureau. Selon R. Huber, les changements commencent à petite échelle.

Ce qui manque le plus, c'est le temps qu'elle a rien que pour elle. Elle monte régulièrement à cheval lors de la pause de midi et rencontre de temps en temps des amies le soir. Et parfois, elle aussi est dépassée par les événements. Puis elle se demande: «comment faire pour que ça marche?» Dans ces moments-là, elle se dit que même en tant que mère, elle ne doit pas être omnisciente.

Nina ne sait pas encore si, comme Rabea Huber, elle se décidera à avoir un enfant. Mais elle est convaincue: «une nouvelle génération d'hommes arrive, qui ne veulent pas être de simples observateurs de l'éducation des enfants». Rabea Huber a déjà un tel homme à ses côtés.

Karin A. Wenger, «Neue Zürcher Zeitung» (10.06.2022)

Sustainable Switzerland traduit et publie ici des contenus exclusifs et compilés issus des médias de la NZZ. Découvrir les abonnements à la NZZ.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

L'homme veut travailler, progresser, faire carrière – pourquoi au fond?
Éducation

L'homme veut travailler, progresser, faire carrière – pourquoi au fond?

Lidl Suisse s'engage pour les personnes touchées par la pauvreté
Égalité des chances

Lidl Suisse s'engage pour les personnes touchées par la pauvreté

Égalité des chances: faut-il instaurer un quota de genre?
Égalité des chances

Égalité des chances: faut-il instaurer un quota de genre?

Articles similaires

Transparence, coopération et fin de la pensée cloisonnée: la banque durable, une opportunité de croissance stratégique qui inspire l’innovation
Gouvernance

La transformation exige une gouvernance forte et une collaboration efficace

Aide aux enfants et aux jeunes touchés par la crise
Égalité des chances

Aide aux enfants et aux jeunes touchés par la crise

Transparence des salaires: comment promouvoir l'engagement et l'équité
Management

Transparence des salaires: comment promouvoir l'engagement et l'équité