Logo image
Photo: PD

La Suisse, un pays de grêle: la grêle et les inondations sont responsables d'environ 40% des dommages causés par la nature. Photo: PD

Contenu du partenaire: la Mobilière

«L'université a une vue du ciel, nous avons une vue du sol»

Depuis dix ans, le «Laboratoire Mobilière de recherche sur les risques naturels» de l'Université de Berne se consacre à la recherche appliquée. Luzius Thomi de la Mobilière, co-directeur du laboratoire, parle des progrès de la recherche sur la grêle et de la manière dont le lien entre la science et le secteur privé profite à tous.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

«L'université a une vue du ciel, nous avons une vue du sol»

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

8 Min.  •   • 

Avec les crues, les inondations et les tempêtes, la grêle est l'un des axes de recherche du laboratoire. Quelle est l'importance de la grêle pour la Suisse?

Luzius Thomi: en comparaison avec l'Europe, la grêle est très fréquente en Suisse. Des grêlons d'au moins 2 cm tombent environ 32 fois par an. Cela est dû à la topographie montagneuse et à la manière dont les masses d'air frappent le pays. Chez nous, la grêle et les inondations représentent en gros 40% des dommages dus aux risques naturels, les dommages dus aux tempêtes 15%. Les éboulements, les avalanches, etc. sont à l'origine des 5% restants. La fréquence de la grêle et une exposition élevée au risque, par exemple en raison d'une infrastructure coûteuse, entraînent des dommages relativement importants. Le 28 juin 2021, par exemple, la Mobilière a enregistré 20 000 sinistres pour un montant de 110 millions de francs – une somme énorme pour un seul épisode de grêle.

«La Suisse à la recherche du plus gros grêlon»: il ne s'agit pas du titre d'une émission de télévision, mais du concours organisé à l'occasion des dix ans d'existence du laboratoire. De quoi s’agit-il?

Avec ce concours, nous nous adressons au grand public de manière ludique, mais sur un fond sérieux. La Suisse possède l'un des meilleurs réseaux de radars météorologiques au monde. Les radars météorologiques fournissent des images détaillées des précipitations et des cellules de grêle, des algorithmes calculent ainsi la probabilité de grêle et la taille maximale attendue des grêlons. Mais nous ne savons pas exactement ce qui se passera ensuite. Pour cela, nous avons besoin de données pédologiques supplémentaires, comme celles issues du concours.

La recherche universitaire et la Mobilière en tant qu'assurance collaborent à ce niveau – quel est l'intérêt pour la recherche sur la grêle?

La grêle a fait l'objet de recherches en Suisse dans les années 70 et 80, puis à nouveau à partir de 2010, principalement dans le cadre de la chaire de recherche sur les effets du climat dans l'espace alpin et, depuis 2013, au sein du laboratoire – tous deux à l'Université de Berne, tous deux financés par la Mobilière. La méthodologie a évolué: en 2015, la fonction «Signaler la grêle» a été ajoutée à l'application de MétéoSuisse; 300 000 messages ont été reçus jusqu'à présent. En 2018, nous avons mis en place avec MétéoSuisse le réseau suisse de mesure de la grêle, unique au monde. 80 capteurs entièrement automatisés sont installés dans les hotspots de grêle de la région du Napf, du Jura et du sud du Tessin. Nous mettons en relation les données des radars météorologiques, du crowdsourcing et du réseau de mesure de la grêle avec les données de sinistres de la Mobilière, en premier lieu les sinistres véhicules casco et les dommages aux bâtiments. On pourrait dire: l'université a une vue du ciel, en tant qu'assurance, nous avons une vue du sol Ce n'est qu'en combinant les perspectives scientifiques et pratiques que l'on obtient une vue d'ensemble.

Comment la Mobilière soutient-elle concrètement la recherche sur la grêle?

Financièrement, en termes de savoir-faire, de données sur les dommages et de personnel. Et au lieu que les résultats passionnants de la recherche finissent dans un tiroir, nous les mettons en pratique. Ce lien avec la pratique est notre plus grande valeur ajoutée. Tout comme la chaire de recherche sur l'impact climatique, le laboratoire fait partie de l'engagement sociétal de la Mobilière. Les connaissances sont prises en compte dans les domaines où un produit opérationnel peut être amélioré. Pour des prévisions de grêle plus précises et la prévention, l'université travaille en étroite collaboration avec MétéoSuisse, et dans la recherche avec d'autres universités et partenaires. Des sites Internet interactifs et des articles sont également créés dans le laboratoire. Depuis peu, nous avons élaboré avec des partenaires des modules d'apprentissage prêts à l'emploi sur la grêle pour les lycées. Le thème rencontre un vif intérêt.

La collaboration avec le secteur privé limite-t-elle la recherche?

Peu importe d'où proviennent les fonds: la liberté de recherche doit être garantie. Le choix des questions de recherche et des méthodes appartient à l'université. Les résultats de la recherche sont accessibles au public, ils ne sont ni préfiltrés, ni influencés. Ces principes sont pour nous intangibles.

Quelle est la précision des prévisions de grêle?

Le plus simple est lorsqu'un front traverse le pays d'ouest en est. Ce qui est beaucoup plus difficile, c'est une répartition plane de la pression, où les orages poussent comme des champignons quelque part dans le ciel. Les modèles de MétéoSuisse sont devenus nettement plus précis au cours des dernières années, notamment les prévisions à très court terme d'environ deux heures, le nowcasting. Des cellules orageuses avec un potentiel de grêle importante sont alors identifiables. On ne sait pas avec certitude s'il va vraiment grêler. Lors des prévisions pour les deux ou trois prochains jours, les situations météorologiques difficiles sont analysées pour savoir si elles apportent les bons ingrédients pour la grêle. On ne sait pas exactement quand et où il va grêler. D'ici quelques années, il sera probablement possible de faire des prévisions pour une ville, par exemple: dans trois à quatre heures, il faut s'attendre à des grêlons plus gros. Cela suffit comme délai pour mettre une voiture à l'abri ou pour protéger les meubles du balcon. Nous nous approchons à tâtons de ces prévisions.

D'ici quelques années, il sera probablement possible de faire des prévisions, par exemple pour une ville: dans trois à quatre heures, il faut s'attendre à des grêlons plus gros».

Quels sont les plus grands défis de la recherche sur la grêle?

La petite échelle à laquelle la grêle frappe rend la mesure et la prévision difficiles. La grêle doit tomber exactement là où se trouve un instrument de mesure. Lors de la prévision, il est certes possible de désigner une zone qui sera probablement touchée par la grêle. Mais dans quel quartier, c'est pratiquement impossible et cela le restera probablement. De même, nous n'avons que quelques minutes pour observer la grêle. En ce qui concerne les données relatives aux dommages, nous ne savons souvent pas, pour les voitures en mouvement, où se trouvait exactement le lieu du dommage. Ce sont les problèmes méthodologiques auxquels nous sommes confrontés.

La probabilité de grêle évolue-t-elle avec le changement climatique?

Nous voyons des facteurs qui s'opposent les uns aux autres: d'une part, l'augmentation des températures entraîne une plus grande quantité d'énergie et de vapeur d'eau dans l'atmosphère, ce qui plaide en faveur d'orages plus violents. D'autre part, la limite du zéro degré joue un rôle important dans la formation de la grêle. Elle augmente avec les températures plus chaudes, ce qui accélère la fonte des grêlons. Reste à savoir ce qui est prépondérant, les orages les plus puissants ou la limite du zéro degré la plus élevée? Pour la Suisse et les pays limitrophes, les prévisions défensives indiquent également que nous devons nous attendre à davantage de grosse grêle. L'assureur français Covéa estime que les orages générateurs de grêle vont augmenter de 40% en France. La recherche sur la grêle comporte de nombreuses questions en suspens – celle-ci en fait partie.

À propose de Luzius Thomi

Luzius Thomi-3.jpg

Luzius Thomi (46 ans) a étudié la géographie et la géologie à l'Université de Lausanne. Dans le cadre de sa thèse de doctorat, il a étudié l'approche sociopolitique des Bernois face aux risques d'inondation. De 2010 à 2013, il a travaillé au Service des ponts et chaussées du canton de Fribourg, section Eaux, en tant que chef de projet et responsable des études et de la planification. En 2013, il a rejoint la société d’assurance La Mobilière, où il dirige depuis 2017 le département «Géoanalyse et risques naturels». Depuis 2017, il codirige également le «Laboratoire Mobilière de recherche sur les risques naturels» à l'Université de Berne, en collaboration avec le Prof. Olivia Romppainen, chercheuse en impact climatique, et le Prof. Andreas Zischg, qui effectue des recherches sur la modélisation des systèmes homme-environnement.

Que faire en cas de grêle?

Chaque année, les tempêtes de grêle causent des millions de dommages en Suisse. Les véhicules sont endommagés à partir de grêlons de 2 cm, les bâtiments à partir de grêlons de 4 cm environ. Les principales mesures à prendre en cas de grêle: - Mettez-vous à l'abri dans un endroit couvert. - Placez les véhicules dans le garage ou sous un abri. Une alternative consiste à utiliser des couvertures anti-grêle. - Les fenêtres sont plus stables et plus résistantes à la grêle que les stores, par exemple. Relevez donc les stores, les marquises et les volets roulants. - Empêchez la grêle de pénétrer dans le bâtiment et de provoquer des dégâts des eaux en fermant les portes, portails, etc. - Sécurisez les objets non fixés dans le jardin ou sur le balcon contre le vent. - Protégez les meubles de jardin avec une housse de protection. - Déposez les plantes en pot à l'abri de la grêle. - La grêle peut obstruer les puits et les caniveaux, par exemple à l'entrée de la cave ou sur les balcons. Dégagez-les pour éviter que l'eau ne s'accumule et ne cause des dégâts.

Informations sur les constructions à l'épreuve de la grêle et autres mesures

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire la Mobilière

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Photo: DP
Changement climatique

«L'humanité est créative»

«L'humanité est créative»
Changement climatique

«L'humanité est créative»

La catastrophe d'inondation à Bad Neuenahr-Ahrweiler
Changement climatique

Les catastrophes climatiques causent des dégâts de plus en plus coûteux – mais le changement climatique n'en est pas la cause principale

Articles similaires

Photo:  Luis Iranzo Navarro-Olivares/ Pixabay
Eau

Même au pays de l’eau, la sécheresse devient une préoccupation

pasja1000 / Pixabay
Changement climatique

Les autres perspectives : Vagues de chaleur et inondations

Prévoir l’imprévisible
Gouvernance

Prévoir l’imprévisible