Logo image
Photo: BMW

Photo: BMW

Contenu du partenaire: BMW

«Les matériaux durables ont un côté sympa»

Peut-on aménager l’habitacle des véhicules de telle sorte qu’il soit à la fois durable et attrayant? Pour le BMW Group, ces deux objectifs ne sont pas contradictoires. Le groupe automobile munichois cherche la réponse de deux manières: des matériaux de grande qualité recyclables et des matières premières renouvelables.

2

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

«Les matériaux durables ont un côté sympa»

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

5 Min.  •   • 

Bettina Angerer, ingénieure en génie mécanique et responsable de module sait que les matériaux durables peuvent être très attrayants dans le cadre du pré-développement de l’équipement intérieur du BMW Group. Pour elle, la durabilité est la base du développement des véhicules. Son objectif: le développement d’éléments durables dans l’habitacle qui suscitent l’enthousiasme.

Dans l’interview suivante, Bettina Angerer explique ce qui la motive en tant qu’ingénieure à développer des matériaux durables, ce qui est nécessaire pour susciter de véritables changements et comment le thème de la durabilité la préoccupe aussi à titre privé.

Bettina Angerer, comment faut-il imaginer l’habitacle d’un véhicule durable? Un équipement minimaliste en jute gris-brun?

Bettina Angerer: Non, absolument pas! Il ne s’agit pas de renoncer – les matériaux durables ont un côté sympa! Ils doivent également être attrayants pour que les clients les achètent. Du point de vue actuel, il existe deux façons de rendre les composants du véhicule durables. Une des solutions, ce sont les monomatériaux. Cela signifie que nous fabriquons des composants à partir d’un seul matériau, ce qui permet ensuite de les recycler. L’autre solution mène à des matières premières renouvelables. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise solution, les deux sont fondées.

Il existe donc différentes manières d’atteindre une durabilité optimale du produit. Est-ce là votre objectif?

Angerer: Je veux voir un véhicule qui séduit les clients et ne contient que des éléments durables dans l’habitacle. Et j’ai été responsable du développement de ces composants. Voilà mon objectif. Il y a quelques années à peine, nous, ingénieurs, nous préoccupions principalement d’aller «plus haut, plus loin, plus vite» et de l’efficacité du produit et des processus. Aujourd’hui, nous mettons l’accent ailleurs. Comment obtenir de l’énergie? Comment parvenir à créer un circuit? Comment le rendre durable? Je suis une ingénieure passionnée et ce sont les questions qui font bouger mon cœur d’ingénieur. Nous devons repenser les réponses. La durabilité doit être la base dès le départ: nous concevons des produits formidables et très convoités. Et ils sont, bien entendu, tout à fait durables. Cela me motive vraiment à sortir la durabilité de son carcan écologique. Nous sommes une marque haut de gamme, y compris en termes de durabilité. J’ai en outre une deuxième motivation: ma fille de neuf ans doit également pouvoir découvrir la nature comme je peux la découvrir aujourd’hui, même lorsqu’elle sera adulte. Je peux apporter toute ma passion à la combinaison de ces deux objectifs. Cette passion, c’est mon moteur. J’y mets tout mon cœur et je me sens vraiment bien.

Photo: BMW

BMW

Si la passion est un moteur si puissant, qu’est-ce qui pourrait vous freiner?

Angerer: Il y a déjà quelques freins. Lorsque les processus existent depuis 40 ou 50 ans, beaucoup de personnes ont du mal à s’en écarter. Mais il faut vraiment se secouer pour faire bouger les choses. Heureusement, il y a des mouvements dans les processus établis, aussi bien d’en haut que d’en bas. D’en haut, des objectifs clairs, une stratégie et un véritable soutien. C’est très utile. Mais ce qui est particulièrement passionnant, c’est le mouvement qui vient d’en bas, porté par nos jeunes collaboratrices et collaborateurs qui pensent différemment et de manière inédite. Ils déclenchent ainsi le changement. Au sein de l’équipe, nous obtiendrons de formidables succès à moyen terme, mais aussi de véritables quick-wins. Un exemple: peu avant le lancement, nous pouvons encore décider de passer au fil recyclé pour les matériaux de surface de l’équipement intérieur. Parce qu’il s’agit de grandes quantités, nous allons économiser beaucoup de CO₂. Ce genre de résultats me rendent très fière. Nous sommes une équipe formidable et nous nous mobilisons énormément pour faire avancer l’immense navire de l’entreprise. Je ne saurais dire quelle tâche je préfère.

Foto: BMW

BMW

Avez-vous également changé quelque chose à titre privé en raison de cette confrontation intensive avec la durabilité?

Angerer: Au moins, ma conscience à l’égard de toutes les questions liées à l’environnement s’est renforcée. Je ne suis certainement pas extrême, mais je veux être un bon exemple pour ma fille. Je lui montre la nature pour qu’elle apprenne de quoi il s’agit, ce que nous devons obtenir. Grâce aux nombreuses études de pré-développement, j’ai également appris qu’il y avait une direction, mais pas une seule voie. Il n’existe pas de solution universelle, ni de pansement. Nous devons nous concentrer à chaque fois sur les détails et chercher notre propre solution, la plus optimale possible. A l’intérieur de cette grande machinerie, c’est parfois compliqué.

Supposons qu’Oliver Zipse, président du directoire de BMW AG, vous demande ce que vous souhaitez pour faciliter votre démarche. Que lui répondez-vous?

Angerer: Je dirais: formez une petite équipe de trois à quatre personnes et sortez-les du quotidien de l’entreprise. Donnez leur de l’argent et laissez-les faire pendant deux ans. Pas comme un groupe de réflexion, mais pour une mise en œuvre directe, un hors-bord au lieu d’un bateau à vapeur. Une telle équipe peut réaliser beaucoup de choses, des idées aux composants finis et très durables, en passant par des coopérations.

Quand considérerez-vous que tout est OK?

Angerer: Quand la durabilité ne sera plus une vision, mais la base, la norme de nos développements. Quand les nouveaux matériaux séduiront et susciteront des émotions, quand ils seront tout simplement géniaux. Alors, tout sera OK pour moi.

Déclaration: Ce contenu a été créé par BMW lui-même dans le cadre du partenariat avec Sustainable Switzerland.

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Foto: BMW

La durabilité commence par le design

Photo: BMW

«Les droit de l’homme ne sont pas une mission ponctuelle»

https://unsplash.com/de/fotos/eine-grosse-rauchwolke-die-aus-einem-rohr-kommt-NmT8Nk8OJMg
Changement climatique

En graphiques – En Suisse, les personnes qui contribuent le plus au réchauffement ne sont pas celles que vous pensez

Articles similaires

Photo
Énergie

La durabilité sur roues: 9 raisons pour lesquelles une voiture électrique est le meilleur choix

Seule la coopération permet d’at
Changement climatique

Seule la coopération permet d’at

Pourquoi les PME devraient-elles s’intéresser à la durabilité?
Gouvernance

Pourquoi les PME devraient-elles s’intéresser à la durabilité?