Logo image
Foto: Yeastup

La levure excédentaire permet d'obtenir des ingrédients précieux. Photo: Yeastup

Production et consommation Contenu du partenaire: UBS

Une nouvelle vie pour les levures de bière usagées

Chaque jour, les brasseries produisent des tonnes de levure excédentaire. La startup Yeastup, l'un des lauréats du prix SEIF Tech for Impact 2023, les transforme, grâce à un procédé breveté, en protéines et en fibres de haute qualité, dont notre corps a besoin pour construire et entretenir ses muscles. Une innovation pour la production alimentaire.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Une nouvelle vie pour les levures de bière usagées

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

5 Min.  •   • 

Dans un entretien avec Sustainable Switzerland, le CEO et cofondateur de Yeastup, Daniel Gnos, explique pourquoi son produit «Yeastin» est supérieur aux autres protéines végétaliennes – et ce que signifie pour lui le fait de remporter le SEIF UBS Award for Social Innovation 2023.

Monsieur Gnos, une question directe: est-ce-que Yeastup était une «idée farfelue»?

Daniel Gnos: bien au contraire. Je suis ingénieur en denrées alimentaires et j'ai longtemps travaillé dans l'industrie agroalimentaire. L'idée de produire une protéine et des fibres de haute qualité à partir de la levure excédentaire des brasseries a mûri en moi pendant un certain temps. Puis j'ai appris l'existence d'un ancien projet de l'EPFZ autour de la levure. Cela m'a donné un coup de pouce pour me motiver. Le fait que cette «énergie» finisse comme nourriture pour les animaux n'est plus d'actualité. Les protéines font partie de mon quotidien depuis longtemps, car je pratique moi-même la musculation et j'essaie de m'alimenter sainement.

Comment êtes-vous passé de l'idée aux mesures concrètes?

Il s'agissait tout d'abord de trouver, au cours d'innombrables essais, comment extraire les précieux ingrédients de la levure usagée. Nous avons développé le processus de base à cet effet avec la FHNW (Université des Sciences appliquées et des arts du nord ouest de la Suisse), notamment grâce à des fonds de soutien du canton d'Argovie. Avec Urs Briner, j'ai trouvé un cofondateur expérimenté. En 2020, en pleine pandémie de Covid, nous avons formellement fondé Yeastup.

Comment vous êtes-vous réparti le travail?

Urs dispose d'un grand savoir-faire en matière de stratégie, de finances et d'informatique, tandis que je m'occupe du développement, du marketing et des ventes. Ensemble, nous avons constitué notre équipe. La complémentarité des compétences au sein de l'équipe est déterminante pour la réussite. Les investisseurs y sont également attentifs.

Yeastup a développé le produit «Yeastin». Qu'est-ce que c'est?

Yeastin est une poudre de protéines natives. Sa particularité est d'apporter la bonne quantité d'acides aminés essentiels, les éléments de base des protéines. Ce profil d'acides aminés végétalien est d'aussi haute qualité que celui des protéines animales. Toutes les autres protéines végétales, y compris la très populaire protéine de pois, sont moins bien assimilées par notre organisme. Pour ce faire, nous n'avons pas besoin d'élever des animaux ou de faire des cultures de plantes. Outre la levure, nous extrayons également des polysaccharides de la paroi cellulaire de la levure. Nous commercialisons ces glucides particuliers, comme les bêta-glucanes, sous la marque «UpFiber» en tant que fibres alimentaires de haute qualité.

Prévoyez-vous d'autres produits?

Nous voulons d'abord aider nos produits à percer. Yeastup est actif dans le domaine du B2B. Nous ne nous adressons pas directement aux consommateurs, mais fournissons avant tout l'industrie agroalimentaire. La demande pour notre protéine Yeastin est déjà importante. Elle peut être utilisée dans de nombreux domaines, des barres protéinées aux alternatives au fromage en passant par les produits alternatifs à la viande et les compléments alimentaires. Outre leurs propriétés bénéfiques pour la santé et leur fonctionnalité, je vois des perspectives intéressantes pour nos fibres alimentaires dans l'industrie cosmétique.

Supposons que Yeastup «décolle»: aurez-vous suffisamment de levure?

Oui. Nous nous sommes assurés un approvisionnement sur 10 ans dans toute l'Europe. Actuellement, nous produisons de petites quantités dans le canton de Fribourg, et à l'avenir aux Pays-Bas. Dans un premier temps, nous ne mettons pas en place notre propre usine, mais nous sous-traitons la production à des partenaires.

Daniel Gnos

«La demande pour notre protéine Yeastin est déjà importante. Elle peut être utilisée de multiples façons, de la barre protéinée aux compléments alimentaires.»

Daniel Gnos

CEO et cofondateur de Yeastup

Yeastup a remporté le SEIF Award for Social Innovation 2023, promu par UBS. Quel rôle jouent pour vous les aspects sociaux et la durabilité en général dans le business plan?

Ils sont à l'origine de l'idée du produit. En donnant une seconde vie à la levure de bière, nous contribuons à l'économie circulaire et à l'approvisionnement en protéines d'une population mondiale croissante, avec une empreinte écologique minimale. Selon une étude de la FHNW, nous économisons 95% de CO2 dans la production totale par rapport à la viande de bœuf, et 74% par rapport aux protéines de pois. Nous contribuons à six objectifs de développement durable des Nations unies: alimentation, santé et bien-être, eau propre, innovation industrielle, consommation responsable et protection du climat.

Que signifie pour vous le fait d'avoir remporté un Award?

C'est une belle reconnaissance de notre travail et cela montre la pertinence de notre sujet. Mais nous sommes surtout surpris de la résonance de ce prix auprès du public, même au-delà des frontières nationales. Grâce au prix, nous avons noué de nombreux contacts intéressants et avons pu accroître notre notoriété.

Le SEIF UBS Award for Social Innovation est assorti d'un prix de 10 000 francs et d'un atelier stratégique chez UBS. Qu'espérez-vous en retirer?

En tant que start-up, nous pouvons investir chaque franc à bon escient. Et quant à l'atelier de stratégie, je me réjouis surtout de découvrir le réseau et l'expérience d'UBS. Cela devrait être particulièrement utile pour le prochain tour de financement à venir.

SEIF Tech for Impact Awards 2023

La Social Entrepreneurship Initiative & Foundation (SEIF) – soutenue par UBS et Julius Baer – récompense depuis 13 ans les entreprises innovantes d'Europe qui contribuent à la réalisation des 17 objectifs de développement durable des Nations Unies. Cette année, sur 40 entreprises présélectionnées, dix se sont retrouvées sur la «short list». Trois ont gagné la course et ont remporté un prix SEIF Tech for Impact. Le SEIF UBS Award for Social Innovation est assorti d'un prix de 10 000 francs – ainsi que, pour la première fois, d'un atelier stratégique UBS.

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire UBS.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

L'alimentation durable a-t-elle besoin d'interdictions et de taxes?
Alimentation

L'alimentation durable a-t-elle besoin d'interdictions et de taxes?

«Acheter durable n’est pas nécessairement cher»
Alimentation

«Acheter durable n’est pas nécessairement cher»

«La solution: des algues comestibles de fermes suisses»
Alimentation

«La solution: des algues comestibles de fermes suisses»

Articles similaires

Protéines alternatives: Bonnes pour les consommateurs, les entreprises et le climat
Changement climatique

Protéines alternatives: Bonnes pour les consommateurs, les entreprises et le climat

Photo: Lidl Suisse
Alimentation

Pas à pas vers le planning des menus du futur

Image: YASAI
Éducation

Se faire plaisir sans culpabiliser