Logo image
Image: Lidl Suisse

Les marchandises fraîches livrées aux magasins Lidl depuis la centrale de distribution de Sévaz arrivent par camion électrique. Image: Lidl Suisse

Climat et énergie Contenu du partenaire: Lidl Suisse

Livrer les magasins sans énergies fossiles

D’ici 2030, Lidl Suisse souhaite que l’ensemble de ses magasins soit approvisionné sans combustibles fossiles. Pour cela, le détaillant mise sur des véhicules à propulsion alternative. Aujourd’hui, environ 60 % du kilométrage de sa flotte de véhicules de livraison fonctionne déjà sans diesel.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Livrer les magasins sans énergies fossiles

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

7 Min.  •   • 

La centrale de distribution romande de Lidl Suisse fait presque la taille du centre du village de Sévaz (Fribourg), situé de l’autre côté de la route cantonale. Des centaines de tonnes de denrées alimentaires y sont transbordées chaque jour, non loin du lac de Neuchâtel. C’est depuis cet immense bâtiment logistique, tout en longueur, que le détaillant approvisionne près de la moitié de ses plus de 170 magasins suisses.

Il est 19h30 lorsque Thomas Horvat débute son quart de travail et charge le camion de fruits et légumes, de viande et de produits laitiers. Le fret frais est destiné aux deux magasins Lidl de Brigue et de Conthey. Pour effectuer ce trajet aller-retour de nuit, M. Horvat ne montera pas dans la cabine d’un véhicule diesel, habituel dans le secteur, mais bien dans un camion électrique du fabricant spécialisé Designwerk Technologies, de Winterthour.

Faire le plein d’énergie solaire

Fait particulièrement remarquable: non seulement le camion électrique de 680 CV ne produit aucune émission, mais son électricité provient entièrement de sources renouvelables, conformément à la stratégie de l’entreprise. À cet effet, Lidl Suisse utilise sa propre station de recharge rapide dans le centre logistique de Sévaz. L’électricité est produite par une installation solaire sur le toit du bâtiment. Avec ses 2,8 millions de kilowattheures, celle-ci génère suffisamment d’électricité propre pour approvisionner mille ménages pendant toute une année. Lidl Suisse s’érige donc en pionnier du développement durable dans le secteur. Pour Daniel Stolz, Senior Manager Logistics chez Lidl Suisse, les camions électriques représentent non seulement une alternative, mais aussi «une solution qui conjugue performance, écologie et rentabilité dans la logistique de distribution». À ce titre, il est utile de rappeler que plus d’un tiers des émissions totales de CO2 de Lidl Suisse proviennent du secteur des transports, ce qui offre un potentiel de réduction significatif.

Nouveaux concepts de mobilité

L’entreprise ne mise pas uniquement sur la propulsion électrique – les premiers camions électriques ont été mis en service il y a près d’une décennie. En coopération avec ses partenaires logistiques suisses, des instituts de recherche et le secteur de l’énergie, Lidl Suisse travaille depuis plusieurs années au développement de concepts de mobilité respectueux du climat et de l’environnement. Cette démarche implique, outre l’énergie solaire, l’exploitation d’autres carburants renouvelables, comme le biogaz ou le biodiesel, ainsi que la mise en place de nouvelles voies d’approvisionnement et de stations-service. À ce jour, la moitié du kilométrage de Lidl Suisse est déjà parcouru sans diesel.

Depuis 2014, les émissions de CO2 par unité d’expédition transportée ont pu être réduites de plus de 40 % – un bilan remarquable. Mais le détaillant a des visées encore plus ambitieuses: il s’est fixé pour objectif d’approvisionner tous ses magasins sans recours aux énergies fossiles d’ici 2030 au plus tard, comme l’explique Daniel Stolz.

«La durabilité repose sur la diversité», tel est le credo. «Nous investissons beaucoup dans les technologies d’avenir. Selon nous, le plus important est la transition entre énergies fossiles et renouvelables. Le type de propulsion est secondaire. Nous avons une approche ouverte sur le plan technologique et nous sommes convaincus qu’il faut choisir la propulsion en fonction du profil de conduite. L’essentiel est de se passer des énergies fossiles.»

Dans cette optique, Lidl Suisse utilise non seulement des camions électriques, mais aussi des véhicules à gaz naturel liquéfié (GNL) et à biogaz liquéfié (BGL). L’entreprise a également déployé des stations-service dédiées dès juin 2019. Les véhicules GNL sont exploités par plusieurs partenaires logistiques. Lidl Suisse a ainsi posé les premiers jalons d’une logistique plus durable. Aujourd’hui, le BGL occupe 20 % du mix avec le GNL, mais cette part est destinée à augmenter.

En outre, les avantages d’un ravitaillement en BGL sont particulièrement significatifs: les études menées par une équipe de recherche interdisciplinaire en collaboration avec Lidl Suisse ont montré que l’utilisation du BGL produit à partir de déchets, sans énergies fossiles, réduit les émissions de CO2 de 74 % par rapport aux camions diesel. Une raison de plus pour que Lidl Suisse continue à augmenter la part de BGL. Seule ombre au tableau, jusqu’à présent, le biogaz doit être importé de l’étranger et n’est pas exonéré de l’impôt sur les huiles minérales. C’est pourquoi Lidl Suisse se dit très intéressé par le développement des capacités de production du BGL dans notre pays.

«Les carburants biogènes jouent un rôle central dans notre feuille de route ‘Livraison des magasins sans émissions fossiles d’ici 2030’», explique Daniel Stolz. Lidl Suisse investit également d’autres moyens financiers pour sa logistique verte. «Nous continuons à développer notre flotte de véhicules électriques et nous nous efforçons de convertir notre infrastructure GNL au bio-GNL renouvelable (du biométhane produit à partir de déchets biogènes). Nous utilisons déjà plusieurs camions GNC alimentés à 100 % par du biogaz suisse dans la logistique de distribution régionale et nous ajoutons du biodiesel produit à partir d’huiles alimentaires usagées dans notre flotte de véhicules diesel conventionnels. Aujourd’hui, la part de biodiesel chez les partenaires logistiques est d’environ 20 %.

Image: Lidl Suisse

Lidl Suisse

Transports sans énergies fossiles: Lidl Suisse ferme le circuit local avec des déchets dans les citernes.

Carburants synthétiques

Mais comme les carburants biogènes ne suffiront pas à révolutionner l’ensemble du secteur des transports à eux seuls, Lidl Suisse continue à utiliser des carburants synthétiques dans son mix durable. Avec l’électromobilité, la propulsion à hydrogène et l’utilisation de carburants synthétiques, le démonstrateur de mobilité «Move» de l’Empa de Dübendorf (ZH) étudie actuellement trois pistes technologiques pour réduire les émissions de CO2 dans le trafic routier. «L’un des projets que nous soutenons en tant que partenaire d’application se penche sur la production de méthane synthétique à partir d’hydrogène et de dioxyde de carbone: la méthanisation», explique M. Stolz. Le dioxyde de carbone utilisé pour ce procédé est prélevé directement dans l’air ambiant grâce à un capteur de CO2 de la start-up suisse Climeworks, une approche très innovante. M. Stolz ajoute par ailleurs: «Les carburants produits artificiellement avec de l’énergie renouvelable peuvent être transportés par les voies traditionnelles et mis à disposition, par exemple, via le réseau gazier suisse, qui est bien développé.»

Un objectif largement dépassé

Mentionnons également que Lidl Suisse a été unanimement reconnu pour son engagement en faveur de la protection du climat: le détaillant est ainsi la première entreprise suisse à obtenir la troisième étoile de la plateforme paneuropéenne Lean & Green. La distinction exigeait de réduire les émissions de CO2 de 5 % en deux ans: Lidl Suisse a largement dépassé l’objectif avec une réduction de 11,77 %. Par ailleurs, grâce à la mise en œuvre de ces mesures de développement durable, l’entreprise a économisé au total 1’774 tonnes de gaz à effet de serre dans ses filières de logistique et transport depuis 2020.

«L’obtention de la troisième étoile confirme que nous sommes engagés sur la bonne voie», déclare le manager Daniel Stolz. «Elle nous incite à continuer à investir pleinement dans une logistique respectueuse de l’environnement et du climat.» Nicholas Pennanen, CEO de Lidl Suisse, ajoute: «Nous sommes convaincus que l’économie doit et peut apporter sa contribution à la réalisation des objectifs de l’accord de Paris sur le climat. En tant que détaillant, nous prenons nos responsabilités et nous nous engageons au jour le jour à la construction d’un avenir meilleur.»

Image: Lidl Suisse

Lidl Suisse

Daniel Stolz Senior Manager Logistics chez Lidl Suisse

Une passerelle vers l’avenir

Une passerelle vers l’avenir Avec l’introduction de 20 camions à gaz liquéfié et le développement d’une première infrastructure, Lidl se pose en pionnier. Le passage au GNL présente plusieurs avantages par rapport au diesel:

– moins 15 % de CO2 (jusqu’à -20 % par rapport aux moteurs diesel HPDI) – moins 35 % d’oxydes d’azote – moins 95 % de poussières fines – moins 50 % d’émissions sonores (par rapport aux moteurs à essence) – moins jusqu’à 1’500 kilomètres d’autonomie

Les avantages du BGL:

– Biogaz liquide sans énergies fossiles, produit à partir de déchets – moins 74% d’émissions de CO2 par rapport au diesel (analyse «Well to Wheel», calcul conservateur)

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire Partner.

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Gonz DDL
Changement climatique

Un «arbre artificiel» suisse pour produire de l’hydrogène vert

Image: BMW

L’immense potentiel de l’hydrogène

Foto: DP
Changement climatique

S’envoler de manière durable grâce au carburant solaire

Articles similaires

train d'hydrogène
Énergie

Le pays du premier véhicule à hydrogène est en retard dans la course au carburant vert

Photo
Énergie

La durabilité sur roues: 9 raisons pour lesquelles une voiture électrique est le meilleur choix

https://unsplash.com/de/fotos/schwarzer-suv-in-der-nahe-von-gras-und-baumen--n5fsWTY8uQ
Changement climatique

Le pays du premier véhicule à hydrogène est en retard dans la course au carburant vert