Logo image
Grâce à cette innovation suisse, notre eau redevient propre

Photo: PD

Habitats Contenu du partenaire: UBS

Grâce à cette innovation suisse, notre eau redevient propre

Hormones, médicaments, insecticides... de nombreux produits chimiques sont présents dans nos eaux. La start-up suisse Oxyle détruit ces micropolluants avec un catalyseur, ce qui permet d’éliminer les impuretés avant qu’elles n’entrent dans le cycle de l’eau et de maintenir pour les générations futures la propreté de cet élixir de vie qu’est cet élément.

Layer 1 Layer 1

0

Logo image

Grâce à cette innovation suisse, notre eau redevient propre

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

4 Min.  •   • 

Avec ses lacs d’un bleu profond, ses rivières et ses ruisseaux cristallins, la Suisse est le château d’eau de l’Europe. C’est le premier pays à avoir, par un tour de force, raccordé presque tous les foyers de sa population à une station d’épuration avant l’an 2000.

On pensait que le problème des eaux usées était réglé, jusqu’à ce que des chercheuses et chercheurs découvrent dans les eaux les plus diverses du monde des poissons mâles parfois «féminisés» jusqu’au changement de sexe - et ce, même dans les lacs de montagne suisses. Ce phénomène s’explique facilement: l’eau contient des traces d’hormones, de médicaments, de produits cosmétiques, d’insecticides et de produits chimiques que la plupart des stations d’épuration ne peuvent pas encore filtrer.

Quels sont les effets de ces substances sur les êtres humains lorsqu’elles se retrouvent dans l’eau potable? Dans le pire des cas, elles entraînent des troubles de la fertilité, des souffrances psychiques ou des résistances aux antibiotiques.

Éliminer les polluants à la source

Oxyde déclare la guerre à ce type de micropolluants. L’entreprise, créée en 2020 à partir d’un projet de recherche de l’EPF de Zurich, a développé des catalyseurs qui éliminent du cycle de l’eau également les hormones, les médicaments, les produits cosmétiques et autres substances chimiques tenaces. «Contrairement aux autres technologies, qui se contentent de filtrer l’eau, notre système de nettoyage élimine les substances nocives en les décomposant en particules, de manière comparable aux catalyseurs de voiture avec les gaz d’échappement», explique la cofondatrice et directrice, le Dr Fajer Mushtaq.

Ayant grandi en Inde, elle a pris conscience dès son enfance de l’importance de l’accès à l’eau potable, qui est une denrée rare. Selon l’ONU, 80 pour cent des eaux usées retournent dans nos cours d’eau sans être correctement épurées. Les catalyseurs d’Oxyle permettent d’empêcher ce phénomène sur le lieu même de production des polluants: ces catalyseurs peuvent par exemple être installés dans l’industrie,les laboratoires de recherche et hôpitaux, mais aussi dans les stations de traitement des eaux, permettant ainsi d’éliminer les polluants avant même qu’ils n’entrent dans le cycle de l’eau. Une étape importante en vue de préserver pour les générations futures cet élixir de vie qu’est l’eau.

La Suisse, championne du monde de l’innovation, et son secret

Si la Suisse arrive pour la douzième fois consécutive en tête de l’indice mondial de l’innovation 2022 de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), cela a également un certain rapport avec Oxyle, les SEIF Tech for Impact Awards et UBS.

Pourquoi? Il est frappant de constater que la petite Suisse réussit nettement plus de mises en œuvre pratiques pour des innovations comparables que les États-Unis, deuxièmes au classement, et que la Suède, en troisième position. Selon la justification officielle de l’OMPI, le secret de la réussite de la Suisse réside dans la combinaison d’une recherche forte, de la capacité à financer des innovations et de l’utilisation rapide de nouvelles technologies.

Oxyle en est un exemple. Comme plus de 400 autres entreprises depuis les années 1990, cette start-up est également issue de l’EPF. Les jeunes entreprises de ce type réussissent souvent de manière crédible à «transformer les résultats de leur recherche en produits commercialisables et à conquérir de nouveaux marchés», argumente l’EPF sur son site web. Un grand nombre d’entre elles poursuivent un modèle commercial aux objectifs durables.

SEIF: l’innovation comme clé du développement durable

La présence de micropolluants dans l’eau augmente dans le monde entier. Le potentiel des catalyseurs d’Oxyde semble donc sans limite. Cette «solutions simple à un problème complexe» a convaincu notamment le jury de SEIF Tech for Impact Awards, qui a décerné à Oxyle l’UBS Award for Social Innovation 2021.

UBS soutient la plateforme depuis ses débuts – non seulement financièrement, mais aussi avec son expertise et son expérience. Les start-ups qui participent au concours en profitent.

Depuis plus de dix ans, les prestigieux SEIF Tech for Impact Awards récompensent les entrepreneuses et entrepreneurs dont les technologies ont un effet positif sur l’environnement et la société, et contribuent ainsi aux objectifs de développement durable de l’ONU. En effet, l’innovation représente une clé pour résoudre les défis les plus urgents de notre planète.

SEIF Tech for Impact Awards

Plus de 300 participantes et participants de toute l’Europe postulent chaque année pour les SEIF Tech for Impact Awards. Les candidates et candidats entrent en contact avec d’autres entreprises innovantes, des experts et des investisseurs. Les finalistes des années 2019 à 2022 ont jusqu’à présent recueilli plus de 120 millions de francs. Toutes et tous ont reçu une récompense de 10 000 francs dans le cadre du SEIF Tech for Impact Award.

Nous avons éveillé votre intérêt? Dans ce cas, envoyez-nous votre dossier en allemand ou en anglais d’ici le 31 mars 2023.

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire UBS.

Cet article est publié sous

Publicité

Plus d'articles

Des fibres naturelles dans la BMW M4 GT4: le fabricant mise sur la construction biolégère développée par Bcomp.
Économie circulaire

Le plaisir de conduire naît avec la volonté d’innover

Les entreprises qui fabriquent des vêtements d'extérieur utilisent depuis longtemps les PFAS, des «polluants éternels », pour rendre leurs produits imperméables. Elles n'ont que récemment commencé à réfléchir à la manière de se passer des PFAS.
Eau

Il faut tordre le cou à l’idée que les ‘polluants éternels’ sont indispensables

Un tas de bouteilles PET
Biodiversité

Le plastique envahit la Suisse et le recyclage ne résoudra pas tout