Logo image
Photo: PD
Production et consommation Contenu du partenaire: BKW

Des bâtiments intelligents pour atteindre les objectifs climatiques

L'automatisation du parc immobilier joue un rôle clé dans les aspirations à la durabilité liées aux objectifs climatiques. Dans un livre blanc, FMB a proposé des solutions et des voies praticables pour le processus de transformation nécessaire.

Layer 1 Layer 1

0

Logo image

Des bâtiments intelligents pour atteindre les objectifs climatiques

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

7 Min.  •   • 

L'adoption de la loi sur la protection du climat et l'innovation, le 18 juin dernier, a posé les jalons de la durabilité en Suisse: d'ici 2050, les émissions nettes de gaz à effet de serre doivent être réduites à zéro. Cela signifie qu'il ne devra pas y avoir plus d’émissions de gaz à effet de serre que ce qui peut être absorbé par les réservoirs naturels de dioxyde de carbone, comme les forêts ,ou par des mesures techniques, comme la capture du CO₂. Pour atteindre cet objectif ambitieux, toute une série de mesures sont nécessaires, en l’occurrence le développement du photovoltaïque ainsi que de l'énergie éolienne et la promotion de la mobilité électrique et des pompes à chaleur.

Réduire la consommation d'énergie grâce à un contrôle intelligent

La domotique constitue également un instrument important offrant de nombreuses possibilités pour relever les défis du futur grâce à la décarbonation dans les immeubles. Active au niveau international dans le domaine de l'énergie et des infrastructures, la société FMB -- qui s'est engagée depuis de nombreuses années sur la voie d'un avenir durable, efficace sur le plan énergétique et agréable à vivre --, et qui assume sa responsabilité sociale, voit dans l'automatisation des bâtiments un grand potentiel pour atteindre les objectifs d'efficacité (ou d'économie en matière d'énergie et d'émissions de gaz à effet de serre) qu'elle s'est fixés.

En effet, la gestion intelligente des biens immobiliers permet de réduire considérablement leur consommation d'énergie, d'améliorer leur confort et de réduire leurs émissions de CO₂. Avec l'initiative «Lebensräume 2025» (espaces de vie 2025), FMB a créé une plateforme pour la conception de solutions d'avenir en vue d’espaces de vie agréables. Le dialogue constructif entre les parties prenantes de l'économie, de la science, de la société et de la politique est encouragé dans le cadre de différents ateliers. Y sont abordées des questions concrètes concernant la création d'espaces de vie agréables à vivre, et des solutions innovantes pour l'énergie, les bâtiments et les infrastructures, ainsi que de nouveaux projets sont développés en commun. Lors de la rencontre annuelle de l'initiative «Lebensräume 2025», les résultats et les solutions élaborés dans les ateliers feront l'objet d'une réflexion, de nouveaux objectifs en découlant pour les années à venir.

L'accent est mis sur l'action au présent, car FMB vise à trouver des solutions en temps réel, qui, toutes, apporteront leur contribution aux grands objectifs climatiques de 2050, étape par étape, à partir de 2025. L'atelier «L'automatisation comme levier de décarbonation», qui s'est tenu en mars à Brugg dans le cadre de l'initiative «Lebensräume 2025», s’est traduit finalement par un livre blanc qui contient des hypothèses et des approches de solutions sur la manière dont l'automatisation des bâtiments peut contribuer de manière déterminante à leur décarbonation. FMB poursuit ces approches et souhaite sensibiliser et gagner à cette cause les principales parties prenantes.

Effet de levier important pour les nouvelles constructions et les bâtiments existants

Pour les immeubles en particulier, de nombreuses parties sont impliquées – des investisseurs aux gestionnaires immobiliers en passant par les architectes – et doivent toutes agir dans le même sens pour faire progresser l'automatisation des bâtiments à grande échelle en Suisse. Ce n'est que par une action commune qu'il sera possible d'obtenir un effet tangible sur les aspirations à la durabilité pour réduire la consommation de ressources et les émissions. Le secteur du bâtiment, qui, pour la construction et l’exploitation, consomme actuellement environ 45% de l'énergie totale et génère environ 40% des émissions de gaz à effet de serre en Suisse, porte donc une responsabilité particulièrement importante.

L'automatisation des bâtiments ne déploie pas seulement ses effets dans les nouvelles constructions: elle peut également être appliquée de la même manière aux bâtiments existants. Comme les bâtiments construits en Suisse sont en principe robustes, les rénovations sont une bonne solution, car elles sont plus économes en ressources et par conséquent plus respectueuses de l'environnement. L'automatisation des bâtiments, associée à des technologies intelligentes, permet d'obtenir un effet de levier important, car elle contrôle le chauffage, la ventilation, le froid, la climatisation, l'électricité, l'éclairage, l'ombrage, la gestion des alarmes et bien plus encore. Pour les immeubles existants du parc immobilier suisse, le livre blanc a identifié une contribution potentielle de l'automatisation des bâtiments à la décarbonation, d'environ 3 à 4 millions de tonnes d'équivalents CO₂ par an.

Pour pouvoir atteindre ce potentiel, différentes recommandations sont énumérées dans le livre blanc, selon lequel l’atteinte des objectifs de durabilité d'ici 2050 nécessite une augmentation significative du taux de rénovation, l'automatisation des bâtiments dans le parc immobilier jouant un rôle décisif. Et pour exploiter les gains d'efficacité et les optimisations de coûts liés à l'automatisation des bâtiments et atteindre les objectifs de durabilité, il est nécessaire d'adopter une approche globale du point de vue du locataire et du propriétaire.

Livre blanc avec des recommandations pour améliorer l'efficacité

Le livre blanc recommande également une compréhension de base du rôle et du potentiel de l'automatisation des bâtiments, faute de quoi les acteurs, tout au long du cycle de vie des biens immobiliers, manqueront l'occasion d'optimiser les coûts d'exploitation par des gains d'efficacité. Il est ensuite important d'intégrer de manière ciblée l'automatisation des bâtiments dans le paysage politique et réglementaire, sans quoi les gains d'efficacité risquent de rester inexploités. Enfin, l'automatisation des bâtiments doit être prise en compte dès la planification stratégique d'un projet de construction pour que puissent être pleinement activés les avantages économiques, écologiques et sociaux d'un bien immobilier.

La seule prise en compte de l'automatisation des bâtiments ne nous permet pas encore d'atteindre les objectifs climatiques de 2050. Pour parvenir au zéro net, d'autres mesures sont nécessaires en plus du livre blanc, comme par exemple Direct Air Capture, de Climeworks. Grâce à cette technologie Carbon-Removal, Climeworks filtre le dioxyde de carbone directement dans l'air ambiant et le stocke profondément dans le sol pendant des milliers d'années. «Il est essentiel de réduire les émissions positives d'environ la moitié au cours de la prochaine décennie, sinon nous ne parviendrons pas à atteindre le zéro net d'ici 2050. La réduction seule ne suffira toutefois pas. Nous pouvons partir du principe que les 10% restants, c'est-à-dire les émissions qui ne peuvent pas être éliminées même avec les plus grands efforts, doivent être compensés par des émissions négatives», explique Carlos Härtel, expert en technologie de la société Climeworks.

Il accorde néanmoins une grande importance à la décarbonation des bâtiments, telle qu'elle est également définie dans le livre blanc. «L'automatisation, l'isolation, les commandes intelligentes et l'utilisation d'une énergie durable sont des instruments efficaces à cet égard», affirme-t-il dans un entretien. Pour les nouvelles constructions, le bois, le ciment à faible teneur en CO₂ et le recyclage permettent d'obtenir de bons résultats. Et le vieux béton pourrait, par exemple, être utilisé comme granulat pour les routes et servir en même temps de réservoir de CO₂. La substitution des émissions d'aujourd'hui prend toutefois du temps, car le taux de rénovation des bâtiments en Suisse est d'environ 1 pour cent. «Il est donc important d'augmenter ce taux». Le livre blanc affirme également que le recours à l'automatisation des bâtiments dans le parc immobilier permet de faire progresser le taux de rénovation de manière significative.

Technologie de capture du carbone à fort potentiel

C. Härtel est convaincu que cette technologie sera prête dans les prochaines années pour apporter une contribution pertinente à la protection du climat dans le monde entier. «Nous parlons là, à l'échelle internationale, de centaines de millions de tonnes de CO₂ par an d'ici 2040». Il est tout à fait possible que, dans un monde «défossilisé», l'industrie du recyclage du carbone ait la même importance que le secteur du pétrole et du gaz actuellement. À titre de comparaison: aujourd'hui, les émissions négatives, qu'elles soient d'origine naturelle ou technologique, ne retirent de l'atmosphère qu'environ 2 millions de tonnes de CO₂.

Déclaration: Ce contenu est réalisé par la rédaction de Sustainable Switzerland pour le compte du partenaire BKW.

Cet article est publié sous

Publicité

Plus d'articles

Affiche de vote pour la loi sur la protection du climat
Changement climatique

La transition énergétique de la Suisse se décide dans les urnes

Image: Post
Changement climatique

La forêt et la science contre le changement climatique

Photo: Ed White/ Pixabay
Changement climatique

Voici à quoi devrait ressembler une Suisse décarbonée en 2050