Logo image
Photo: La Poste Suisse

Photo: La Poste Suisse

Climat et énergie

Sur la bonne voie pour un avenir carbone-neutre

Si l’on veut parvenir à limiter le réchauffement climatique à 1,5°, tout le monde doit y mettre du sien. Dans ce contexte, les grandes entreprises ont un rôle clé à jouer. Elles émettent en effet de grandes quantités de dioxyde de carbone et disposent par conséquent d’un levier d’action important. Il s’agit non seulement d’éviter de produire du CO₂, mais aussi de l’extraire activement de l’atmosphère.

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Sur la bonne voie pour un avenir carbone-neutre

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

4 Min.  •   • 

Comptant parmi les principaux employeurs de Suisse, la Poste est un acteur économique de premier plan. De ce fait, les émis-sions de CO₂ générées par ses activités sont élevées. C’est exactement pour cette raison que l’entreprise veut jouer un rôle de modèle et de pionnier en matière de protection du climat. La Poste s’est fixé des objectifs ambitieux et entend désormais at-teindre le Zéro émission nette dès 2040, c’est-à-dire dix ans plus tôt que prévu. Dans cette optique, elle mise sur des technolo-gies de pointe et investit des sommes considérables afin de réduire et d’éviter la production de CO₂ – et également afin d’extraire de l’atmosphère les émissions qui ne peuvent pas être évitées.

Un objectif ambitieux mais réalisable

Atteindre l’objectif Zéro émission nette en 2040 s’avère ambitieux. Pour y parvenir, la Poste a renforcé au cours des derniers mois les mesures qu’elle a prises en faveur de la protection du climat. En premier lieu, l’entreprise s’efforce d’éliminer complè-tement les émissions de CO₂. À cette fin, elle convertit l’ensemble de son parc de véhicules à des modes de propulsion alternatifs et utilise de l’électricité issue à 100% de sources renouvelables suisses. En outre, tous les bâtiments seront dorénavant chauffés sans énergie fossile. Malgré toutes ces mesures, le groupe ne pourra pas éviter la totalité des émissions. La Poste entend donc neutraliser, c’est-à-dire extraire activement de l’atmosphère, la quantité relativement faible de CO₂ qu’elle continuera d’émettre en 2040 (environ 10% du volume actuel).

Photo: La Poste Suisse

Source: La Poste Suisse

Notre chemin vers Zéro émission nette

Pour cela, elle a créé l’an dernier la société Poste CDR (Carbon Dioxide Removal) SA, qui a pour mission d’explorer toutes les possibilités grâce auxquelles la maison mère peut récupérer du CO₂ dans l’atmosphère. Pour le moment, la priorité est donnée à deux méthodes qui permettent d’ores et déjà de neutraliser du CO₂ et qui sont finançables par le groupe: il s’agit, d’une part, de l’exploitation forestière durable et, d’autre part, de l’utilisation de charbon végétal.

Les arbres, véritables réservoirs de CO₂

Lors de la photosynthèse, les arbres extraient de l’atmosphère du CO₂, qui reste stocké dans le tronc et les branches. Une forêt gérée durablement et qui se développe sainement peut en permanence stocker du nouveau CO₂. Si le bois est prélevé de ma-nière durable et utilisé pour des produits qui durent longtemps tels que des maisons ou des meubles, le carbone qu’il contient reste piégé pendant plusieurs dizaines d’années, tandis que la forêt repousse et emmagasine à nouveau du CO₂. C’est pourquoi une exploitation forestière cohérente, axée sur une part importante de grumes, fait partie du portefeuille de mesures de Poste CDR SA. Elle a ainsi récemment acquis une surface forestière d’environ 2400 hectares dans le land de Thuringe en Alle-magne. Le rôle de la forêt en tant que réservoir de CO₂ peut être renforcé par une utilisation en cascade, par exemple en trans-formant les résidus de bois en charbon végétal.

Le potentiel considérable du charbon végétal

Une autre méthode naturelle permettant d’extraire le CO₂ de l’atmosphère est le stockage du CO₂, par exemple dans les sols, grâce à un charbon végétal produit à cet effet. Recourant à un procédé de pyrolyse, la société Inkoh AG en produit depuis 2020 à Maienfeld à partir de résidus de bois non traités provenant de forêts suisses. En raison de ses propriétés particulières, le charbon végétal peut être utilisé de nombreuses manières, notamment comme additif alimentaire, comme matière auxiliaire pour sols secs, comme régulateur d’humidité pour sols humides et même comme composant d’un béton carbone-neutre. La Poste fait partie des premières entreprises à utiliser le charbon végétal pour neutraliser les émissions qu’elle ne peut pas éviter. Elle investit dans le projet en acquérant exclusivement et à long terme les certificats CO₂ de son partenaire de projet First Climate, qui dispose d’une longue expérience dans les projets de protection du climat.

Ce n’est que le début

Poste CDR SA recherche actuellement d’autres technologies pour éliminer de l’atmosphère, à partir de 2030, environ 168 000 milliers de tonnes de CO₂ par an. Un organe composé d’expertes et d’experts externes conseille d’ailleurs Poste CDR SA sur ces questions. Ce comité consultatif dispose d’une grande expertise dans le domaine de la neutralisation du CO₂ et aide l’entreprise à trouver une solution pour les émissions de CO₂ qui ne peuvent pas être évitées. Avec son programme pour le climat, la Poste agit en précurseur et, par son action exemplaire, envoie un signal clair aux autres entreprises afin qu’elles s’engagent elles aussi en faveur d’un avenir carbone-neutre.

Déclaration: Ce contenu a été créé par la Poste Suisse lui-même dans le cadre du partenariat avec Sustainable Switzerland.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Affiche de vote pour la loi sur la protection du climat
Changement climatique

La transition énergétique de la Suisse se décide dans les urnes

Les émissions de CO2 à l'étranger sont-elles durables?
Changement climatique

Les émissions de CO2 à l'étranger sont-elles durables?

Photo: La Poste Suisse
Économie circulaire

Pas à pas sur la voie de la neutralité carbone

Articles similaires

Les émissions et les températures continuent d'augmenter.
Changement climatique

Pourquoi les technologies deviennent plus importantes dans le débat sur le climat

 Le dioxyde de carbone CO₂ fait partie des gaz à effet de serre qui contribuent le plus au réchauffement de la planète.
Changement climatique

«Le CO₂ est un rejet sans valeur et cela doit changer»

Image: Post
Changement climatique

La forêt et la science contre le changement climatique