Logo image
Photo: Katherine Joy, Université de Manchester, projet Lost Meteorites of Antarctica.

Une météorite partiellement enfoncée dans la glace en Antarctique. Photo: Katherine Joy, Université de Manchester, projet Lost Meteorites of Antarctica.

Climat et énergie

Les météorites de l’Antarctique se perdent à cause du réchauffement climatique

L’Antarctique est une manne inégalée de fragments de météorites particulièrement recherchés par les spécialistes. Pourtant, ces corps extraterrestres que l’on croyait bien préservés pourraient disparaître plus vite que prévu à cause du réchauffement global du climat.

2

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

Les météorites de l’Antarctique se perdent à cause du réchauffement climatique

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

4 Min.  •   • 

Sous la glace de l’Antarctique, plusieurs centaines de milliers de météorites attendent d’être trouvées par des scientifiques avides d’en savoir plus sur ces roches extraterrestres. Pourtant, ce trésor est en train de disparaître à cause du réchauffement climatique, assureune étudeparue dans Nature Climate Change.

«Nous avons voulu savoir comment la température influençait le comportement des météorites, résume la principale autrice Veronica Tollenaar, glaciologue à l’Université libre de Bruxelles. Et c’est là que nous avons découvert qu’elles coulaient, et plus vite que ce que nous pensions.»

Le phénomène est le suivant: lorsqu’une météorite atterrit dans l’Antarctique, elle apporte avec elle de la chaleur. Résultat, la glace fond autour d’elle et le roc a tendance à s’enfoncer un peu plus profondément. Mais en parallèle, les déplacements de la calotte glaciaire du centre vers les bords repoussent les météorites vers le haut. Elles arrivent à la surface où la glace se sublime, et où les vents violents balaient régulièrement la neige, l’empêchant de cacher le précieux caillou. Un butin idéal pour les scientifiques qui n’ont qu’à se pencher pour ramasser un vestige venu d’un astéroïde aussi vieux que la Terre elle-même, voire un morceau de la Lune ou de Mars.

Mais si la température à la surface augmente, alors la glace autour de la météorite fond à nouveau, et cette fois, elle coule mais reste perdue sous la surface. «Le problème, c’est que les météorites sont de couleur sombre, précise Harry Zekollari, glaciologue de l’ETH Zurich également auteur de l’étude. Donc elles absorbent davantage de chaleur que la glace autour et créent une fonte locale qui aggrave ce phénomène.»

Pour résumer, il y a un processus qui pousse les météorites vers la surface, et un autre qui les fait couler. Mais avec le réchauffement global, cette deuxième force devient plus importante et finit par remporter la bataille.

Un trésor à préserver urgemment

Avec toute une série de modélisations climatiques, les chercheurs ont conclu que le processus avait déjà commencé et que si les températures continuaient d’augmenter aussi rapidement, 5000 météorites seraient perdues tous les ans. Problème: seules 1000 sont trouvées chaque année. «C’est la première fois que nous avons des données si solides sur le phénomène, assure Veronica Tollenaar. Les chiffres montrent qu’il est urgent d’agir si nous voulons préserver ce trésor.» Plus dans le détail, avec un réchauffement de 2,6 °C au-dessus du niveau pré-industriel, 30% des météorites seront définitivement perdues avant la fin du siècle. Un chiffre qui monte à 76% dans des scénarios plus pessimistes.

Photo: José Jorquera (Antarctica.cl), University of Santiago, Chile.

Des roches terrestres. Photo prise lors de la mission de terrain 2022 de l’Instituto Antártico Chileno sur le glacier Union, dans les montagnes Ellsworth, en Antarctique. Photo: José Jorquera (Antarctica.cl), University of Santiago, Chile.

La perte est certaine pour les scientifiques car près de 60% de l’ensemble des météorites découvertes sur Terre proviennent de l’Antarctique. Piégées dans la glace, elles restent visibles plus longtemps et ne se confondent pas avec les pierres alentour ou la végétation. En plus, le froid les préserve davantage des altérations qu’elles rencontrent partout ailleurs, ce qui en fait des fossiles extrêmement bien conservés des vestiges de notre Système solaire.

En février 2023, c’est un roc de pas moins de 7 kilos qui était retrouvé, en partie grâce aux recherches effectuées par Veronica Tollenaar et Harry Zekollari. Ces derniers avaient développé un algorithme capable de prédire quels étaient les lieux les plus propices à la découverte de météorites.

Valeur scientifique inestimable

Parmi ces viviers, la partie nord-est du continent glacé, très favorable, mais aussi particulièrement touchée par le réchauffement climatique, pointe la nouvelle étude.

Les chercheurs espèrent que ces travaux auront l’effet d’une sonnette d’alarme pour pousser à une coopération internationale plus importante afin de récupérer le maximum de roches avant qu’il ne soit trop tard. Un vœu pieux tant les tensions géopolitiques actuelles ne vont pas dans ce sens. Mais Veronica Tollenaar insiste: «ce sont des roches extraordinaires, avec une valeur scientifique inestimable car elles nous apprennent énormément de choses sur notre Système solaire.»

«Perdre une météorite, c’est terrible, assure Harry Zekollari. Un jour, nous aurons certainement la dernière neige du Kilimandjaro, ou l’ultime échantillon de la barrière de corail. Il faut être conscients que nous sommes peut-être en train de perdre les dernières roches venues de l’espace.»

Hugo Ruher, «Le Temps» (08.04.2024)

Sustainable Switzerland publie ici des contenus de Le Temps.

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

Photo: Mathis Mauprivez / Unsplash
Changement climatique

En 2023, l’Europe a subi les foudres d’un climat réchauffé

Photo: BKW

«Si nous continuons ainsi, l'humanité va finir par s’éteindre».

La crise climatique a depuis longtemps classé la société en de nouveaux groupes. Une petite étude tribale.
Changement climatique

A quelle tribu appartenez-vous?

Articles similaires

Photo: DP
Changement climatique

«L'humanité est créative»

Glacier avec de l'eau.
Eau

Fonte des glaciers: est-il possible d’anticiper les inondations?

«L'humanité est créative»
Changement climatique

«L'humanité est créative»