Logo image
Cave voûtée de la fromagerie

Photo: Berg-Käserei Berg AG

Production et consommation Contenu du partenaire: Economiesuisse

De la vallée au sommet: un voyage durable en Suisse orientale

Des solutions innovantes dans l’industrie, l’agro-alimentaire et le tourisme montrent que des modèles commerciaux durables existent et contribuent à protéger le climat. Partons à la découverte de la Suisse orientale!

0

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter
Logo image

De la vallée au sommet: un voyage durable en Suisse orientale

Partager
Copier le lien LinkedIn
Écouter

5 Min.  •   • 

Dans la vallée: Bartholet Maschinenbau AG, à Flums SG

Le fabricant de télécabines Bartholet est installé dans la vallée du Rhin saint-galloise depuis 1962. L’entreprise de Flums planifie à long terme – «à 20 voire 25 ans», selon Roland Bartholet, chef d’entreprise. Elle se voit comme un acteur de la mobilité urbaine de demain. Elle teste actuellement son Ropetaxi, une nouvelle technologie qui permet aux passagers de choisir leur destination comme dans un ascenseur. La particularité du Ropetaxi est que ses cabines ne se déplacent que lorsqu’elles sont utilisées. Cela permet de réduire de 90% les trajets à vide et d’accroître l’efficacité. Roland Bartholet est convaincu que cette technologie va s’imposer: «Le Ropetaxi est notre cheval de bataille.»

Le Ropetaxi dans la région de Flims Laax (GR)

Source: Bartholet Maschinenbau AG

Le Ropetaxi révolutionnera la mobilité de demain. Sa première version est en cours de réalisation dans la région de Flims Laax (GR).

L’entreprise mise sur la durabilité et vise une production climatiquement neutre d’ici à 2025. S’il souhaite proposer des solutions de mobilité durables crédibles, le fabricant de remontées mécaniques doit aussi rendre sa propre production durable: l’éclairage est modernisé avec des LED, l’isolation a été revue, des matériaux recyclés sont utilisés chaque fois que cela est possible et le parc automobile est désormais électrique. Par ailleurs, une nouvelle installation photovoltaïque au siège doit permettre de produire deux fois plus d’énergie pendant les journées ensoleillées d’été que l’entreprise n’en consomme.

Mais pourquoi ne pas mettre davantage en avant ces efforts? Roland Bartholet répond très sobrement: «Nous communiquerons peut-être lorsque nous aurons atteint la neutralité climatique. Notre force réside dans la production, pas dans la publicité.»

Station intermédiaire: la fromagerie de montagne Gais AG

Andreas Hinterberger dirige la fromagerie de Gais depuis 23 ans. Celle-ci transforme tous les jours jusqu’à 60 000 litres de lait des montagnes appenzelloises – pour produire du fromage, depuis le Säntis, la spécialité de montagne maison, jusqu’au noble Rustico Nostrano. Cela nécessite beaucoup de chaleur. C’est pourquoi l’entreprise a installé, en 2019, une pompe à chaleur en collaboration avec les St.Gallisch-Appenzellische Kraftwerke (SAK). En effet, le centre de calcul des SAK, situé à côté de la fromagerie, produisait beaucoup de chaleur inutilisée, laquelle permet désormais de couvrir les besoins en chaleur de la fromagerie.

Andreas Hinterberger ne souhaite pas être rémunéré ni encouragé pour son engagement en faveur de la durabilité. L’entreprise s’autofinance, sans subventions fédérales ni cantonales. «Nous n’avons pas besoin d’une loi sur le climat ni d’une Greta pour nous engager en faveur de la durabilité», explique-t-il.

À l’intérieur, des tuyaux en acier et des câbles relient des conteneurs et des machines. Le chaos n’est qu’apparent: avec l’échangeur de chaleur à plaques, nous avons pu réduire de 75% notre consommation d’énergie pour chauffer le lait. La production est en grande partie automatisée. La fromagerie de montagne de Gais ne produit que des spécialités, ce qui lui permet de fixer elle-même le degré d’automatisation.

Échange de chaleur de la fromagerie

Source: Berg-Käserei Gais AG

Le chaos n’est qu’apparent: c’est là que s’effectue l'échange de chaleur.

Il reste cependant un endroit où le fromage est encore manipulé à la main et tourné trois fois par semaine. Pour Andreas Hinterberger, la cave voûtée est la perle de la fromagerie. Des cultures de bactéries y produisent de la moisissure grise qui confère son caractère au Rustico Nostrano. Dans la cave, tout est aussi naturel que possible: elle est faite d’argile et recouverte de mortier de chaux des marais. À la fromagerie, les méthodes de fabrication modernes coexistent avec des méthodes traditionnelles.

Cave voûtée de la fromagerie

Source: Berg-Käserei Gais AG

Dans la cave voûtée, le Rustico Nostrano est affiné à la main.

Au sommet: l’auberge de Staubern

À Frümsen, au pied de l’Alpstein, le bâtiment futuriste et l’édifice en forme de noix offrent un joli contraste. La récente station de télécabine, couverte de panneaux solaires, est le point de départ d’un trajet spectaculaire. Celui-ci vous emmène de 510 à 1748 mètres d’altitude et offre une vue panoramique sur l’Autriche, la Principauté du Liechtenstein et la région de Werdensberg.

Modules photovoltaïques

Source: Auberge de montagne Staubern

Équipée de modules photovoltaïques, la station de télécabines offre un joli contraste avec la structure en bois de noyer.

La télécabine fonctionne exclusivement à l’énergie solaire produite par les installations photovoltaïques situées sur les stations de départ et d’arrivée, une première mondiale. Malgré ce projet phare, Daniel Lüchinger ne se repose pas sur ses lauriers. Des modules solaires supplémentaires sont prévus pour couvrir en grande partie les besoins pendant les pics de consommation. Les nouveaux équipements sont arrivés, alors que l’autorisation se fait encore attendre. Les retards des autorités sont incompréhensibles pour Daniel Lüchinger: «Dans une période de pénurie d’électricité et de transition énergétique, de tels projets devraient être approuvés plus rapidement.»

Modules solaires

Source: Auberge de montagne Staubern

Le cadre pour fixer les nouveaux panneaux solaires est déjà installé, mais l’autorisation n’a pas encore été accordée.

Surveiller sa consommation d’énergie est dans l’ADN de la famille Lüchinger. Elle cuisine sur des plaques à induction depuis 29 ans, l’air du restaurant est capté pour récupérer la chaleur et le lave-vaisselle ne fonctionne qu’une fois par jour pendant 45 minutes afin d’économiser de l’énergie. Daniel Lüchinger surveille sa consommation d’électricité avec un appareil en réseau de l’entreprise valaisanne Studer.

Outil d'analyse numérique

Source: Auberge de montagne Staubern

Grâce à un outil numérique, Daniel Lüchinger a toujours un œil sur sa consommation d’électricité.

En juillet 2023, une vague de chaleur a fait monter les températures dans la vallée à plus de 30° C à l’ombre. Pourtant, en altitude, la température est agréable. On le doit certes à l’altitude, mais aussi aux pratiques durables de la famille Lüchinger qui contribuent à préserver ce cadre idyllique malgré le changement climatique. Daniel Lüchinger le résume ainsi: «Soit tu aimes être ici, soit tu n’y viens pas. Il y a une harmonie ici en haut et nous y contribuons.»

Aller à Staubern, c’est voyager vers un futur qui allie durabilité et innovation. Bartholet Maschinenbau AG, la fromagerie Gais AG et l’auberge de Staubern démontrent de manière éclatante que la transition énergétique n’est pas seulement un défi, mais aussi une opportunité unique pour se réinventer et agir pour demain. C’est l’occasion de montrer que la Suisse orientale peut donner le ton d’une économie durable, résiliente et innovante.

Déclaration: Ce contenu a été créé par economiesuisse lui-même dans le cadre du partenariat avec Sustainable Switzerland.

Cet article est publié sous

Publicité

Articles populaires

Articles recommandés pour vous

La durabilité suisse, une attraction touristique
Mobilité

La durabilité suisse, une attraction touristique

«Le gouffre énergétique n’est plus acceptable»
Construction et logement

«Le gouffre énergétique n’est plus acceptable»

Margaux Peltier
Gouvernance

Le premier grand projet d’Enerdrape

Articles similaires

Photo: PD
Économie circulaire

Des bâtiments intelligents pour atteindre les objectifs climatiques

Ce qui doit se passer pour que nous puissions encore atteindre les objectifs climatiques de 2030
Changement climatique

Ce qui doit se passer pour que nous puissions encore atteindre les objectifs climatiques de 2030

Photo: Ed White/ Pixabay
Changement climatique

Voici à quoi devrait ressembler une Suisse décarbonée en 2050